Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

29 février 2020 6 29 /02 /février /2020 07:05

      

 

De retour ...

        Je me sens pleine d'une force vive et chaleureuse , qui prend sa source au niveau du ventre . 

       Puis , ne sachant plus très bien ( dans l'instant ) qui je suis . Et aussitôt que j'écris quelque chose , j'ai  envie d'écrire son contraire ...

       Une chose m'est certaine : j'ai adoré mon séjour dans cet endroit ( l'ashram d'Amma à Tourves) . Et je ne me sens aucunement disciple d'Amma pour autant . 

       Par quoi commencer ?

       Le lieu , d'abord .  Je peux dire à la fois : " cet endroit  , une ancienne auberge , transformée en ashram , dans un vieux moulin , au bord de la rivière  , c'était vraiment beau et accueillant " - et en même temps : " ouh ! cette ancienne auberge  , avec tant de matériel qui a besoin d'être réparé , les volets pourris , le jardin , qui aurait besoin d'être mieux entretenu ,  ou traînent quelques fauteuils plastiques égarés  , un ou deux affreux chalets neufs ,  en bois , qui ont été ajoutés pour faire gîtes , il faudrait vraiment que ... " 

         Les gens , ensuite . En milieu de semaine , peu de gens, mais des habitués : six ou sept personnes  ; tous différents ( pas de vêtements blancs !!!) , tous sympathiques ;  davantage de femmes que d'hommes , certaines dans leur monde , certaines très émotives* , avec des émotions qui vont et viennent , du moins le jour de mon arrivée ; et deux gars , qui ont l'air plutôt bien dans leur pompes - quel soulagement ... Puis , sur les six disciples permanents , si j'ai bien compris , quatre ou cinq sont partis en Inde , laissant tout le poids , considérable , de l'organisation et de la bonne marche de l'ashram sur la personne de référence ; laquelle a l'air fiable et stable . Forcément , je compare avec l'ashram d'Arnaud Desjardins il y a vingt ou trente ans - c'est moi qui étais totalement dans mon monde , alors , et enfermée dans ma souffrance ;  et je voyais les disciples , résidents  permanents ,  comme de vrais piliers ( et certains me terrorisaient , d'ailleurs ) . Cet ashram d'autrefois , qui était tellement rigoureux et bien organisé - et austère , également .  Celui-ci , d'ashram , me parait plus ... souple -  quelquefois flottant , même .  Pourtant , et comme par miracle ,  tout marche , là aussi . N'étant que de passage , je me sens plutôt décontractée ... 

         Je suis arrivée , après trois heures de route ( ça faisait un certain temps que je n'avais plus conduit sur autoroute et j'ai trouvé ça un peu inquiétant ) à cause des embouteillages . L'accueil était un peu inhabituel - un jeune homme affable et chaleureux , qui travaillait dans le jardin m'a fait rentrer à  l'intérieur . Une grande maison de style provencal chaleureux , un peu décatie ... partout , bien sur , des photos d'Amma . Dans le hall ,  personne ; j'ai attendu ,  ne sachant pas trop quoi faire de moi  . Une femme en tenue de cuisine de restaurant ( charlotte blanche sur la tête , tablier de  plastique blanc , et aux pieds ces abominables sabots plastiques appelés , je ne sais pourquoi " crocs " .. )  , a traversé la pièce  ( une femme de service ? ) .  Elle m' a dit que quelqu'un , dont j'ai mal compris le nom,  était " en réunion en haut " ; et m'a suggéré de venir aider à la cuisine . Je suis entrée , un peu interloquée et me sentant encore ahurie par la route et le manque de sommeil , dans cette énorme cuisine de restaurant -  et  j'ai tout de suite trouvé un prétexte pour m'en retirer ... car le jeune homme m'a fait faire le tour du jardin .

          Enfin , la responsable est sortie de la réunion ; on m'a donné une chambre .  Une chambre vraiment sympa : juste au dessus de la rivière    J'y ai logé ,  toute seule - je pourrais dire que c'était une chance , tout autant que ça l'aurait été d'être à deux avec quelqu'un qu'on ne connait pas ,quand il s'agit de si peu de temps ... Un bureau et une chaise de brocante , deux lits recouverts de boutis beiges , quelques photos d'Amma au mur , douche proprette et WC avec la chambre ... Génial . Du balcon , je voyais la rive d'en face , une pente boisée et raide , très jolie au matin avec les arbres qui n'ont pas encore de feuilles . 

          Je suis redescendue  - on m'a  tout de suite demandé si je voulais bien aider à la cuisine . Je ne me sentais pas vraiment enthousiaste  ... Mais ici , chacun fait preuve de bonne volonté , sinon de compétence , qui viendra à l'usage . Et donc , me voilà revêtue de la seyante tenue ci-dessus décrite : charlotte , etc ... C'est un peu la panique dans cette cuisine : l'énorme cuisinière à gaz est en panne , deux réparateurs soudent des tuyaux de cuivre ,   la personne que j'ai vue en premier me confie ses inquiétudes concernant la possibilité de cuire le repas , et prend des initiatives que je trouve un peu étranges ( cuire des pommes de terre et des brocolis   dans la  bouilloire à thé , qu'elle  me fait remplir à ras-bords , au moins sept litres d'eau froide sur une petite plaque électrique ? ) . Je lui fais quelques suggestions pour la cuisson -  encouragée par un gars , également en tenue de cuisine ; suggestions qu'elle accepte volontiers .  Mais je trouve vraiment agréable que ça ne soit pas à moi de prendre les décisions culinaires !   

         Puis ,tout de suite , la méditation . Dans un des temples dédiés à Amma ...  Comme en Inde , il y a dans le temple  une grande photo du guru , et quelques statues de dieux , une bougie , etc ...  C'est une méditation guidée , assez plaisante , et qui me fait du bien . En sortant , c'est l'heure du repas .   A mon grand étonnement , les légumes  sont parfaitement cuits , malgré leur mode de cuisson étrange  - un vrai miracle ... Nous sommes peu de convives , cinq ou six personnes maximum . Je prends des repères , pour m'y retrouver ; et j'en aurai bien besoin le lendemain , parce que je me retrouverai toute seule pour la cuisine ...

      L'après-midi , peu de temps pour se reposer ; une séance de yoga est prévue à deux heures et quart . Je trouve ça un peu bizarre de mettre une séance si tôt après le repas , mais , bon ... On attend la prof -  elle a oublié la séance et viendra avec une demi-heure de retard ( impensable à l'ashram d'Arnaud ! ) .  En attendant , je m'allonge sur un tapis de yoga , dans la salle ... et je m'endors béatement . Ensuite , je me sens assez à l'aise pour la séance de posture , bien que mon tibia toujours douloureux m'empêche encore de faire certaines postures : cette prof  est de la même lignée ( Sri Mahesh ) que ma prof d'Uzés ,  Armelle ( naturellement , je préfère la façon de guider extrêmement fluide et précise d'Armelle ...) .

    En fin d'après-midi , après le goûter ( que j'ai  attendu avec curiosité  ; mais je ne l'ai pas vu passer , parce qu'on pouvait se préparer une tisane en passant dans un coin de la salle à manger . Encore une fois , quelle différence avec l'ashram de Font-d'Izière !  ) il y avait une séance de chants . Pendant quelques minutes , je me suis sentie un peu déçue , car c'est plutôt du genre karaoké spirituel : on chante en accompagnant un disque ,  des chants exécutés par Amma et/ou quelques musiciens indiens . Puis , j'ai vraiment apprécié : parce qu'Amma a une belle voix , à la façon indienne , que j'adore ;  le chanteur indien aussi ( euh , faut aimer le sirupeux dégoulinant , tout de même , dans certains chants ; alors , là ,  pour être indien , c'est indien !!!! ) . Faudrait bien que j'écrive un guide Michelin musical des ashrams , en Inde et en France ... j'ai du déjà le dire .

          Je me couche à neuf heures et demie du soir , épuisée . Je me rends compte alors en voulant faire mon lit que le matelas est tellement épais  (et si confortable ! ça alors ! pour un ashram ! ) que le drap housse que j'avais apporté ne s'y adapte même pas - j'inverse alors le sens des draps , et dormirai fort bien .

             Bon ! et voilà pour ma première journée ...

     

      

            

        

 

        

 

 

Chapitre 2583 : De retour

      

 

 

      

 

             * mais bien entendu , ça n'est pas parce qu'une personne est hyperémotive dans le contexte d'un ashram , qu'elle l'est dans la vie courante . Arnaud citait toujours Ma Anandamayi , disant : " auprès d'un guru , tout pousse avec exubérance , les mauvaises herbes comme les bonnes ... "

        

 

        

 

 

commentaires