Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

28 mars 2020 6 28 /03 /mars /2020 07:42

    .

 

 

          Hier , sortie  à Intermarché ... je voulais des croquettes pour les chats . Je ne sais pas si je vous l'ai déjà dit ( peut-être bien ,  je radote ...) mais je ne crains pas de manquer de nourriture pour nous .  Par contre , imaginer Noisette et Baptiste en train de hurler qu'ils ont faim ... me fait  frissonner d'angoisse . Or , j'avais fait une précédente sortie à Super U , en début de semaine ; et , à mon horreur absolue , ils n'avaient plus de croquettes ...  plus exactement  ,  de croquettes pour " chats sensibles " . Il y a quatre ans ,  à mon retour de l'Inde , j'avais trouvé Noisette absolument  squelettique , et s'arrachant nerveusement , heure après heure des touffes de poils sur le ventre , qui était dénudé sur une grande surface . A tout hasard , j'avais changé ses croquettes ; et tout était redevenu normal . Quelle saloperie  les fabricants peuvent-ils bien y  mettre ,  dans ces croquettes, pour que les chats y deviennent addict ?   pourtant , Noisette , qui ne mange que ça depuis seize ans qu'elle partage notre vie , a toujours  , presque ! bon pied bon œil .. Presque , parce qu'à dix-huit ans et demi , elle est quand même maigriotte , et a une grosseur sur le flanc . Mais elle est vive , griffe toujours d'une patte preste , en toute amitié , roucoule ou hurle , suivant ce qu'elle veut nous faire faire ...

        Bref ... Intermarché ... J'étais passée auparavant à la pharmacie , pour acheter du gel hydromachin . Une petite queue bon enfant sur le trottoir devant la pharmacie , une envie de rigoler parce qu'une dame , en chuchotant , apportait deux bouteilles vides d'un litre qu'elle voulait qu'on lui remplisse  ;   la pharmacienne lui dit , à voix normale , que c'est impossible - la dame insiste , disant qu'on les lui remplit d'habitude . Petite discussion ... puis ,tout s'éclaircit : la dame ne voulait pas du gel , mais de l'alcool à 90 ° ... Egalement impossible ( quoique ça arrive que les pharmaciens acceptent ) . Mais normal : c'est l'époque où l'on fait ses liqueurs de ménage , ici !

       Bref ... Intermarché ... le magasin vient de s’agrandir de moitié , espérant concurrencer l'hyper U ;  ils n'auraient pas pu choisir pire moment .  L'éclairage n'est pas totalement terminé d'installer , et dans une ambiance crépusculaire les clients  errent , hagards , poussant leurs caddies ,  cherchant désespérément leurs yaourts habituels dans les rayonnages décalés , mais aggrandis , et qui , du coup , semblent à demi-vides ... Certains  , masqués ,  ressemblent à Dark Vador ... Il n'y a que le fada habituel , un mec qui marche souvent sur la route en bondissant car il est assez jeune , qui soit toujours gai ( mais souvent ivre ... ) .  Je me cache pour qu'il ne me voie pas , car un jour où je lui avais donné quelques piécettes ,  il a absolument tenu à m'embrasser , et Dieu sait qu'il ne se lave pas souvent ( je l'ai vu , une fois , du pont d'Anduze , en train de barboter , assis dans le Gardon . Mais c'était en été ... )

        Un petit vieux monsieur , en manque de contact , passe un temps fou à la caisse , essayant de bavarder au maximum avec la jeune caissière qui n'ose pas l'interrompre . Pour compenser , quand c'est mon tour , elle fait passer mes achats à toute vitesse ( miracle ! j'ai trouvé les croquettes ! j'en ai acheté trois paquets , du coup ! en en laissant pour les autres , toutefois .. ) ; c'est un peu stressant . En sortant  , à moitié hallucinée ,  je vois le petit vieux monsieur , sur le parking . Il est en train de se bagarrer pour faire rentrer deux énormes sacs à provisions dans son caddy personnel - il a fait des provisions pour plusieurs mois de confinement : deux autres énormes sacs attendent par terre ; je ne sais pas comment il compte les porter ... En temps ordinaire ,je lui aurais proposé de l'aider ,et de le ramener chez lui en voiture . Mais là - et si je suis porteuse du virus ? je n'ose pas ... Du coup , je le laisse se démerder ...

           En rentrant , je prends Philippe dans mes bras , pour me réconforter - puis suis horrifiée - et si j'avais ramassé le virus , dehors ?

         Heureusement , il y a le jardin  -  les abeilles bourdonnent dans le pommier rose , le jet d'eau pour les poissons gargouille , et tout pousse gentiment . Respire , respire , respire !  C'est le printemps !

 

.

Chapitre 2606 :  la vie comme elle va

commentaires