Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 18:00

 

P1010346-copie-1.JPG


Mes photos
sont assez banales , faut dire , mais que j'aime cette ville . Parce que l'élément liquide ,  jamais loin , équilibre constamment de son calme et de sa fluidité la verticalité et la folie des désirs humains ; parce que les maisons anciennes jouent au maximum de leurs possibilités de mouvement en faisant danser les verticales qui penchent . Ca c'est commun avec Venise , ou Bruges ; mais il y a deux différences de taille : d'abord en se balladant à Amsterdam on a toujours l'impression d'être accueilli , parce que les habitants ont essayé de faire le mieux qu'ils peuvent pour offrir du beau à la vue ; parce qu'il n'y a pas de volets aux fenêtres , parce que les rideaux sont ouverts ,  le regard peut se poser sur l'embrasure, où il y a un pot avec une orchidée , un pot de jonquilles ,  une sculpture ( sculpture qui doit couter bonbon dans certains quartiers , mais ailleurs c'est le type d'objet d'art que je trouve à la Foirfouille , et ailleurs encore la sculpture est vivante , une dame sculpturale et bien maquillée , mais dans ce cas c'est un peu particulier et je n'ai pas d'attrait , autre qu'un peu de curiosité ,  pour y poser le regard ) ; le soir ce même regard peut effleurer d'un coup d'aile un instant de repas de famille , ou des parents et des enfants jouant aux cartes ,ou encore  une jeune femme de dos qui joue du piano ... j'ai des amis originaires d'Amsterdam et peintres , peu conventionnels , et eux se plaignaient de cette obligation du " on peut tout voir " ; ils disent que si quelqu'un met des rideaux à son appartement , le voisinage se demande  " mais qu'est-ce qu'ils peuvent bien faire d'horrible derrière ces rideaux ? " . Pour moi , qui ai été habituée à vivre sans intimité dès l'enfance , il me semble que ça ne péserait pas . Encore que ce qu'on peut fantasmer d'une situation , en étant dehors , n'a souvent rien à voir , vous le savez et je le sais . En tout cas ,dès qu'on passe la frontière Belge , tombe le couvre-feu : tous rideaux tirés , les yeux baissés et chacun pour soi chacun chez soi , mais c'est assez sinistre pour les promeneurs .

P1010349.JPG





 Ensuite , deuxième différence et elle est de taille , Venise est une ville refuge , une ville nid d'où certes tous oiseaux fatigués peuvent prendre leur essor ,  ville rêvée , rêveuse , merveilleuse , ville passée ; Amsterdam  est vivante , vivante , vivante , ses habitants espèrent encore un 21 e siècle plus rigolo , moins figé dans ses rôles masculin-féminin , moins pollué que ce que l'évolution historique laissait présager ... ( attention , vous risquez de vous faire écraser par un vélo ) ... dès qu'ils ont vingt centimètres carrés sur le trottoir entre deux pavés , les Amsterdamais y font pousser un dahlia , une rose trémière , une tomate ( les pieds de marihuana sont  pudiquement protégés des regards ) . A Amsterdam  les jardineurs jardineuses , les vélocipédistes ; à Venise , on s'occuppe d'élégance  .





et voilà , d'en parler la ville me manque déjà , alors pour me consoler je récite la chanson des noms des canaux à partir du centre : Singel , Herengracht , Kaysergracht , Prinzengracht ... ( ils prononcent ça en mouillant énormément le cht , comme un sss sifflé chuinté , moi je ne chssssais pas le dire )


 

commentaires