Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 12:24

          Arrivée hier soir , temps lourd et chaud et gris et humide , un temps que j'adore ; les chats sont en pleine forme ,visiblement  n'ont pas souffert de notre absence , tant D. et R. les ont comblés d'affection ( je me demande d'ailleurs si le mal de dos de R. n'est pas imputable au fait qu'il s'est probablement plié en quatre pour faire de la place aux chats la nuit ; mes cousins m'ont dit : " les chats dormaient au pied du lit " , mais je les connais nos chats ,au début de la nuit ils sont humbles ( dis, tu me fais une petite place au pied du lit ? juste une toute petite place ? oui ? tu es sure que ça ne va pas te gêner ? que c'est gentil ...) puis petit à petit ils gagnent du terrain , les humains se recroquevillent dans leur sommeil de peur d'écraser ces petits animaux fragiles , et le matin il y a des félins étalés de tout leur long en travers du lit, surtout Rajah ,et des humains qui se réveillent tout tordus dans un petit tiers du lit ... moi je m'attrape des sacrés torticolis comme ça .Vous me direz : videz les chats ! mais non , non , j'apprécie trop de m'endormir avec un truc sympa qui ronronne amicalement , le nez contre mon menton  ... ) 
          Très vite dans la soirée il se met à pleuvoir , ce que j'apprécie , mais  ensuite , ça devient un vrai déluge et je crains pour les poissons ( à cause de ces fameuses traverses de chemin de fer qui bordent le bassin et sont gorgées de créosote ) , parce que j'ai l'impression que si ces petites bêtes m'ont été confiées , c'est bien le moins que je puisse faire d'essayer de les garder en bonne santé ; au milieu de la nuit je descends avec une lampe tempête , sous les éclairs , vérifier que le niveau de l'eau ne touche pas les poutres , et je vide une dizaine d'arrosoirs dans les massifs en contrebas . Mon côté mère anxieuse , beaucoup de femmes vivent ça pour leurs enfants , ah ben moi c'est les poissons rouges , on fait comme on peut ...         
            Matinée  chiante mais vraiment chiante alors,  passée pour moi à déballer faire des lessives ranger nos bagages en ronchonnant intérieurement , pour Phil à enlever la bordure du bassin  qu'il avait eu tant de mal à faire , si belle mais mortifère  ... je louche sur mon atelier et mes pinceaux , j'aurais envie de me mettre à peindre , mais ça n'est pas pour tout de suite ; et  je n'ai pas encore téléphoné à Nice pour voir comment ça va là bas , ni regardé mon courrier , je crains toujours terriblement ... comme si j'allais poser le pied dans un tas d'aiguilles de pin , et en fait ça serait une énorme fourmilière dans laquelle on enfonce ... rien qui menace votre vie , mais tout de même , on n'a pas besoin de ça .
           A part ça , on est rentrés tout requinqués de notre road movie très petit-bourgeois qui nous a mené jusqu'au  Pays Basque ; il faisait frais , on a vu des trucs jolis - ici aussi c'est joli mais bon ça change  ; Phil a fait des efforts couronnés de succès pour ne pas ronfler ( en dormant la bouche fermée , et non , même si j'en ai eu souvent très envie , je ne lui ai jamais emballé la machoîre avec du scotch d'emballage ) si bien que j'ai passé plusieurs nuits à bien dormir  . Seule ombre au tableau : qu'est-ce qu'on a mal mangé ...  souvent chichiteux et prétententieux  mais pas meilleur pour autant ... retour ici , repas d'hier soir avec quatre tomates parfaites et une salade du potager craquante , un peu de sel et d'huile d'olive , du bon pain , mais quel régal ! 

       Ce matin j'ai arrêté quelques secondes de ronchonner intérieurement , j'étais furieuse et déprimée ;  j'ai ouvert le  gros livre des " Méditations sur le Chemin de Compostelle" dont je vous ai déjà parlé . Au  12 Août , jour d'aujourd'hui , j'ai trouvé pile cette citation  :
          " Les jeunes gens se fatiguent , se lassent , et les athlètes s'effondrent , mais ceux qui mettent leur espérance dans le Seigneur trouvent des forces nouvelles : ils prennent leur essor comme des aigles , ils courent sans se lasser , ils avancent sans se fatiguer ."
      C'est une citation de la Bible , Isaïe, quelque chose )
      Eh ben , croyez le ou pas , ça m'a redonné du courage ... je ne me sens pas chrétienne , mais toutes recherchent se rejoignent , finalement , qu'on cherche Dieu , la Vacuité ,ou une Rivière Mystique ... Ceci dit , l'autre soir à Bagnères de Bigorre , ville que j'avais ignorée jusqu'à présent et n'en étais d'ailleurs pas autrement ennuyée ,  un groupe de jeunes chrétiens enthousiastes donnait un concert a cappella ; ils chantaient plutôt bien ;mais l'un d'eux ,tout vibrant de ferveur  et de prosélytisme  en bermuda et ti-shirt rayé , se plaça tout au fond de l'église pour pouvoir brailler sa foi  à son aise , d'une fort belle voix de baryton ... lui aussi prenait son essor comme un aigle ; mais c'était plutôt terrifiant qu'autre chose  
. Ne pas oublier que les Croisades et les guerres de religion étaient des guerres saintes ...

commentaires

croc 12/08/2008 19:08

que ça fait plaisir de te voir revenue (vachement égoïste, ça, mais tant pis!)
c'est beau, hein, le Pays basque!! si j'avais été riche, je crois que je m'y serais installée .... bises