Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 04:49

 

 

                       Chaque famille a ses petites singularités , écrivais-je hier ... mais la phrase de Tschaikovski , avec laquelle je viens de me réveiller vraiment tôt bien qu'il fasse déja un peu  jour, avec cette répétition obsédante de la phrase en mineur qui monte sur quatre notes , commence á redescendre  tristement , réguliérement , la gamme esquissée - est soulevée tout á coup d 'un  espoir incroyable par cette note haute qui surgit alors contre toute attente , puis revient au morne et á l'inévitable destin programmé -        cette phrase  me raméne aux pleurs de l'année de mes seize ans et á la rage qui alternait , le tout silencieux , quand j'avais rassemblé tout mon courage pour balbutier á ce pére qui ne me parlait jamais , d'une voix étranglée ,     que je ne voulais pas suivre les études prédestinées . Il m'avait répondu d'une seule phrase : tu feras ce qu'on te dit de faire .   Meme pas en colére , juste ennuyé d'avoir á sortir de sa bulle pour s'occuper de moi ...  La lutte vaine menée par ma soeur aînée  , lutte extraordinairement  bruyante , elle ,  dix ans auparavant , m'avait persuadée de l'inanité de toute révolte . Je faisais toujours ce quón me disait de faire , de toutes facons ... Si ma soeur , pourtant discrétement soutenue par maman dont elle était la préférée , ma soeur bavarde et insoumise n'avait pu parvenir á ses fins - elle aurait voulu faire médecine - comment moi , la gourde médiocre , aurais-je pu réussir ? Mon pére , c'était avant tout un paysan qui aurait voulu des garcons ;  il a eu une fille aimée - la toute premiére ;  les autres , ca l 'íntéressait moins . De moins en moins .

                  Mes soixante-quatre ans pimpants ne se soucient plus guére du rêve non-dit de l'adolescence , surtout que j'ai pu le réaliser en milieu de vie , que je peux encore , peindre ... Non , maintenant , l'alternance d'espoir et de résignation concerne ce désir irréaliste de rester éternellement jeune , de ne jamais surtout jamais mourir .

 

   Vous savez quoi ? Pendant que j' écrivais  enfermée dans mes fantômes , le jour s' est levé et en levant les yeux jái vu que juste á ma hauteur , un pigeon était endormi sur une branche . Endormi , il ne tombe pas , quel miracle ! Ensuite il a fait quelques étirements come en yoga , láile droite , l'aile gauche , le cou ... puis , une pause .

 

       Le propriétaire de l'appartement nous a raconté comment il s''etait engagé jeune dans l'armée ( pilote de chasse , quel cran ! ) pendant six ans , refusant de reprendre la direction de l'usine paternelle . Au bout de six ans , il a accepté de reprendre le carcan, s'est marié , a fondé une famille  - un bouleversement providentiel , licenciement , changement total de vie ... je me dis que peut-être lui aussi a eu des années terribles quand on a la certitude d'avoir épuisé toutes les possibilités ...  lui a permis de vivre ses rêves en milieu de vie ...il quatre-vingt ans maintenant . 

 

 

                                                                                                                                                         Le pigeon a disparu .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

 

 

 

 

 

 

 

c

commentaires

renée doumergue 17/06/2013 21:36

Ah! quel plaisir de te suivre a amsterdam!!! moi aussi j'ai rêvé d'y vivre mais après un été sous la pluie, j'ai pris conscience que j'étais une droguée du soleil et que mon amour pour les canaux
romantiques n'était pas suffisant pour accepter le climat batave! bon séjour et fais un bisou de ma part au Vondelpark qui était à l'époque hippie le point de départ et d'arrivée des chemins de
Kathmandou!