Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 03:25

                     

 

                Trois heures et demies du matin ; un moustique importun m'a piquée au mollet - je dors sur le canapé du salon vu la chaleur étouffante dans la chambre . Sur la terrasse , la fraîcheur est agréable , la nuit  légèrement  humide ; mais la lune  à mi-course , brille impitoyablement , blanche , aveuglante ,  sans chaleur . Je veux étirer  , imprudemment , la jambe :  une morsure à l'orteil m'apprend  que Noisette s'était lovée tout près de mes pieds ...

                      Tout en me préparant une tisane de basilic dans la cuisine , je pense avec tristesse à la condition de la grande vieillesse en général , à maman en particulier ; la pauvre est très angoissée par mon départ; bien sur , il y aura Sylvie ,sur qui l'on peut compter , et puis la jeune femme , venue en renfort pour quelques jours , qui est douce et présente ; mais maman me connait depuis soixante-six ans ,  je lui manquerai : la seule de la famille à l'accompagner  tant bien que mal , même dans son état actuel .    Dieu sait  pourtant que je ne suis pas fière de moi ; je vois bien pourtant comment je pourrais lui être plus utile , mais j'arrive si difficilement à concilier les différents aspects de cette vie  ...

                          Je me dis que j'ai vraiment de la chance de ne pas avoir d'enfants ni de petits-enfants : c'est un attachement à sens unique la plupart du temps  . Maman , l'autre jour où je lui faisais une remarque ( du genre : n'oublie pas de remonter ta culotte .. " )  me dit d'un ton léger , gentil ,  presque amusé : " tu sais , j'ai encore la tête sur les épaules - quelquefois , pas toujours !" .

                  Je repense aux vacances d'autrefois ,dans la maison familiale de Haute-Savoie : insupportables pour l'ado contrainte que j'étais , pour mes soeurs qui venaient agacées  ;  les années heureuses de sa vie à elle , quand elle faisait la cuisine pour tout le monde l'été , et tentait d'harmoniser la vie de la maison , à sa manière   . Après - tant de deuils , tant de pertes , années après années , au fil d'une longue vie ordinaire .

           

         Allons ! Je me suis laissée  envahir par la tristesse ...  Demain matin nous partons , moi pour la Bretagne et une semaine de yoga ,  Philippe va plus loin ... une perspective qui m'a redonné de l'énergie , à défaut de joie .    Les quatre derniers jours , j'alternais tant bien que mal les heures  auprès de maman ( beaucoup soulagée , concrétement ,  par la présence de cette jeune femme en milieu de journée auprès d'elle , qui lui donnait une douche à ma place  )  , et un travail d'arrache-pied dans l'atelier  afin d' encadrer mes oeuvres de l'année ( celles de l'automne sont bien meilleures , et depuis quatre mois j'ai eu trop peu de temps pour peindre , hélas )  .   Au tour de mes cousins de se reposer dans notre havre ! ( en les entendant raconter leur mois de Juillet , je me dis qu'ils en ont bien besoin ) . Ma cousine ira voir de temps en temps maman , qu'elle aime bien . Faut-il définitivement dire " aimait bien ? "

 

 

 

 

commentaires