Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 08:13

 

 

 

 

 

 

Chapitre 2080 : Trois questions : deux peintres ,   la Bhagavad Gîta et les religieuses au café

 

 

           J'avais deux questions , déjà , concernant ces merveilles découvertes  à Perugia : la première concernait l'auteur des peintures ( je suppose à la tempera sur bois ) d'anges portant des roses : il s'appelle Benedetto Bonfiglio , Wikipédia en dit peu de choses , hélas , sauf qu'il a vécu entre 1420 et 1496 . Il faudra que je retourne là bas , en Ombrie , pour chercher une monographie sur lui ... Il me semble qu'on sent l'influence de Fra Angelico dans les tenues si bien ordonnées des anges , et les couleurs .

          La deuxième question concernait la fresque de Nativité , à l'entrée du troisième étage du musée . Ben , j'en suis toujours au même point ... A part un gars qui écrit un blog , mais j'aurais voulu recouper les renseignements qu'il donne par d'autres , venant d'autres sources . Je suis devenue accro de cette Nativité , je l'ai mise en fond d'écran , pour pouvoir , chaque fois , m'attendrir devant les regards si sérieux de l'âne et du boeuf - conscients de leur responsabilité , mais pas orgueilleux .pour deux sous ... Quand aux regards de Joseph , de Marie , et surtout , surtout , des anges - ils me ravissent ... Le peintre aurait peint également une Crucifixion , dont je n'ai pas trouvé de bonne photo . Bref : il faudra que je retourne là-bas en Ombrie ,  pour ...

 

          La troisième question concerne la Bhagavad Gîta que j'avais emmenée visiter la Grèce avec moi : deux éditions , celle de l'ashram de Ramana Maharshi , supervisée par Arthur Osborne ; et celle de Sri Aurobindo . Bien trop intellectuelle pour moi , cette dernière , mais qui a le mérite d'être en français , ça aide toujours  . J'en suis au chapitre neuf , où on parle beaucoup de sacrifice . Ce mot , pour moi , a des relents déplaisants de régime amaigrissant ( je sacrifie la religieuse au café , ça veut dire que je reste devant la devanture de la pâtisserie à bader et à saliver  !) sauf .. si je lui restitue son sens étymologique de " rendre sacré " - ce qui me plait beaucoup beaucoup , la  religieuse au café représentant pour moi un incontournable de la pâtisserie française classique .  Quoi de plus facile que de nager dans le ravissement , et donc de penser uniquement à  un  Dieu tout de bonté , le cœur plein de gratitude , en dégustant une exquise religieuse au café . ( Ce qui n'est, d'ailleurs ,  pas si facile à trouver . Mon meilleur choix , c'est la pâtisserie qui est sous le passage à Uzès ; la seule où la crème pâtissière ait vraiment le goût du café ..) . Ceci dit , ce mot de sacrifice n'a pas l'air de poser le moindre problème , ni à Sri Aurobindo , ni aux gens de chez Ramana Maharshi ; probablement n'étaient ils , ni les uns ni les autres , sensibles à la tentation des religieuses au café . Ou encore , n'ont-ils jamais fait de régime amaigrissant .  Mais j'en reste là , pour l'instant , avec cette question du sens du mot " sacrifice "  ; et ce chapitre de la Bhagavad Gîta , qui est parfois poétique à vous en couper le souffle , au point qu'on se sent emporté sur les ailes des versets ,  me reste pour le moment  comme en travers de la gorge ; une sensation un peu agaçante . La première solution que je vais envisager , c'est , comme d'habitude , de me procurer une troisième version . Il me semble me souvenir qu'il y a une traduction en français éditée à la Mission Chinmaya à Paris . Mais Chinmaya , d'après tout ce que j'en ai entendu , n'était , lui non plus , certainement pas accro aux religieuses au café .Alors ?  

          Alors , pour aller plus loin , je suppose qu' il faudra que je cherche à toucher l'essence de la sensation de plénitude , du bonheur absolu éprouvé en mangeant une religieuse au café . Encore une ( sacrée !)  gymnastique ...

 

 

 

commentaires