Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 08:36

   

 

 

         Comme je vous le disais , j'ai du mal à assimiler le onzième chapitre de la Bhagavad Gîta , où le Divin apparaît  , non plus comme tout beau et pimpant avec quatre bras ,ou deux ,  en tout cas quasiment humain ... mais sous sa forme terrifiante : l'Esprit du Temps .  Et ce qui me met particulièrement mal à l'aise , c'est l'allusion répétée aux " mâchoires flamboyantes " de ce temps qui dévore :
 

" ... tous , avec la multitude des dieux et des héros , Bhîsma et Drona et Karna , avec aussi les plus éminents guerriers de notre camp , se précipitent dans Tes mâchoires terribles armées de défenses ,et on en voit dont les têtes sont écrasées et sanglantes , prises entre Tes dents puissantes . [ 26-27]

Comme un essaim de moucherons , d'une vitesse toujours croissante , tombe en sa destruction dans un feu qu'on attise , ainsi les nations , d'une vitesse toujours croissante , pénètrent entre Tes mâchoires fatales .[29]

et c'est répété pendant des versets et des versets ... j'ai cité la traduction de Sri Aurobindo qui est particulièrement gratinée - mais celle de l'Ashram de Ramana Maharshi est seulement plus sobre et moins poétique ; sinon , c'est pareil .

   Bref , ça fait penser au tableau de Goya sur Saturne . Que je comprends mieux maintenant . (  Vous ai-je dit que j'avais découvert au Prado une version de Rubens , sur le même théme ,  qui est encore plus gore - le gentil Rubens , ce bon vivant ! Remarque , il devait s'y connaître en ce qui concerne l'oralité ...  deux tableaux dont le moins qu'on puisse dire est qu'ils sont un tantinet désagréables à regarder  . Là en bas c'est celui de Rubens , l'autre , je ne sais pourquoi  , ne veut pas venir  se placer gentiment dans l'article  )

Afficher l'image d'origine

 

 

           Et donc , le Divin comme Temps , d'une cruauté inimaginable ... C'est fou , puisque lorsque l'histoire démarre , le Divin est sous sa forme de Krishna en tant que cocher d'Arjuna , et Krishna est un guru vraiment sympa , expliquant patiemment , gentiment , la vie ,  à Arjuna complétement stressé . ( Je laisse de côté toutes les représentations de Krishna enfant , bébé grassouillet , à la peau bleue , aux yeux langoureux  et aux longs cils ,  d'une suavité à faire vomir la touriste  innocente qui se promène dans Vrindavan )

           J'ai fait une pause dans ma lecture de la Bhagavad Gîta , j'ai été voir du côté de Ganesh pour me réconforter ; j'aime particulièrement les représentations de Ganesh dansant , mais aussi celles où il écrit ,avec sa défense comme stylo-bille ...  Le site le plus intéressant est  http://ganapati.perso.neuf.fr/symbolisme.php  ; j'ai cru comprendre que pour certaines sectes en Inde , on peut partir de Ganesh pour se représenter le Divin  :

Tu es Cela

Selon la logique de notre monde, un homme ne peut pas être un éléphant; pourtant, du point de vue de la logique divine, il n’y a pas là d’impossibilité, car la divinité est ce en quoi les contraires coexistent. Ceci devient évident lorsque nous suivons les symboles jusqu’à leur sens essentiel. La formule sacrée qui représente sous une forme verbale le principe appelé Ganapati est "Tat tvam asi", "Tu es Cela". "Tu (toi, l’être vivant) es la forme visible de Cela (l’Essence divine)" ( Ganapati Upanishad; 2.).

Le pronom neutre tat (cela) représente "le principe transcendant et sans limites qui est vérité et connaissance" (Taittirîya âranyaka, 8, 1, 1) au-delà de tous les attributs. Le pronom tvam (tu) représente "le principe qualifié dont la forme est l’Univers". Le "toi" et le "cela" sont soudés en une entité indivisible par le troisième asi (es) c’est à dire l’existence.

L’existence humaine est la coordination de l’absolu et du relatif, du "cela" et de "toi". La connaissance véritable est la réalisation de cette relation.

L’image de Ganapati nous rappelle incessamment la réalité d’une identité apparemment impossible. L’homme est réellement l’image du Cosmos. Toutes les réalisations lui sont possibles sans sortir de lui-même. En étudiant ses impulsions intérieures et sa structure interne, il peut comprendre la nature de l’Univers.

Mais ce site génial sur Ganesh signale également un texte , la Ganesha Purana  . Une des parties est la Ganesh Gîta dont :  90% des stances sont des transpositions de la Bhagavad Gîta ,  http://ganapati.perso.neuf.fr/textes.php, et si je comprends bien , Ganesh  y a pris la place de Krishna . Bon - me reste plus qu'à chercher  ça sur la Toile , voilà une recherche enthousiasmante qui m'attends !  je termine en vous mettant une de ces rassurantes images de Ganesh - pour compenser les horreurs de tout à l'heure ...

 

Afficher l'image d'origine

 

commentaires

J
C'est une des choses qui me plaît dans la pensée indienne : tu choisis la ou les représentations du Divin avec lesquelles tu es le plus en affinité et elles sont interchangeables ! Avant que le temps nous dévore, quelle liberté intérieure !! Bonne journée à toi !
Répondre
J
A toi de même !
P
merci ! et Happy Diwali ! F
R
Pour en revenir a la douceur, joyeux Diwali! Temps de mettre des petites lumières partout!!!
Répondre
P
Ah ! Je n'y pensais pas ! Merci et bises F