Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

19 février 2018 1 19 /02 /février /2018 10:26

 

 

                                Et à propos de féministes ... J'avais fait provision  de bouquins - non à l'aéroport de Delhi , finalement , mais dans une grande librairie de Bengalore . Un petit monsieur sympa m'a conseillée , à toute vitesse , et j'ai pu faire une riche moisson d'auteurs indiens contemporains ,  hommes et femmes , certains que je connaissais déjà , certains que je n'ai pas tellement apprécié ; également , j'ai découvert une femme  , Jhumpa Lahiri , née aux Etats Unis de parents Bengalis ,  dont j'ai adoré un recueil de nouvelles , L'interprète des maladies  . Et puis , il y avait , parmi de nombreux volumes de  Chitra  Bannerje Divakaruni ( vous avez surement lu La Maîtresse des épices  )   une oeuvre que je ne connaissais pas  , parue en 2008 : " Palace of illusions " *.

                 Sur la quatrième de couverture , je comprends que l'auteure a écrit , en quelque sorte , sa version du Mahabharata .  Ou plutôt , non pas sa version , elle ne change pas un iota  de l'histoire traditionnellement attribuée au sage Vyasa - seulement ,  elle a écrit en s'intéressant en premier lieu au point de vue du personnage de Draupadi . Qui est un personnage charnière ; mais on dirait que personne n'avait écouté le point de vue de la Reine Draupadi  jusqu'à présent . Le Mahabharata ? moi ,  je n'étais jamais arrivée à le lire ; j'avais loupé la pièce de Peter Brooks  , puis , j'ai acheté récemment le bouquin , assez court , que Jean Claude Carrière , scénariste de Peter Brooks , a fait paraître ... Et il m'a glissé lentement  des mains . Quel ennui !  ... Je me suis dit que ça n'était pas pour moi . Bien sur ,  au beau milieu du Mahabharata , il y a la Bhagavad Gîta , un dialogue de sagesse infinie ... Où tout un chacun peut encore trouver son miel à l'instant présent . Donc , j'avais l'impression que le Mahabharata est la coque de la noisette ; et la noisette , c'est la Gîta .. je jette le reste ... A part ça , la coque de la noisette , c'est une épopée compliquée , une histoire de bruit et de fureur avec des tas de personnages guerriers que je mélangeais , menés par leurs émotions , leurs désirs .   Genre , l'Iliade ;  mais qui contiendrait , au beau milieu , un dialogue entre le bouillant Achille et  Dieu , dialogue  qui serait  pour tout être humain une source  de sagesse spirituelle et un appui .

          Donc ,   ce livre  , Le Palais des illusions ... laisse de côté  l'enseignement contenu dans la  partie spirituelle , la Bhagavad Gîta . Enfin , cet enseignement l'imprègne certainement ( cf les remerciements de l'auteur à plusiers Swamis et guides spirituels , au début )  . mais le propos nous décrit uniquement l'écorce qui enserre la noisette , le conte   ...

           Et quelle surprise ! Au lieu de l'ennui qui m'avait toujours rendue incapable de me rappeler les noms des protagonistes à part Arjuna et Krishna , au lieu de la lassitude qui me faisait glisser le livre des mains , cette histoire là , racontée comme ça - et Dieu sait que Chitra Bannerjee est un bon écrivain -  je la trouvais  passionnante ... et en outre , au fur et à mesure que je le lisais , j'avais l'impression de respirer plus librement . Je comprenais , enfin ,  ce qui m'est pesant dans la Bhagavad Gîta : cette histoire stupide de mecs et de batailles  , de meurtres et de tueries , de trahisons et de filouteries , de courage et d'avidité ,  a été racontée par des hommes ; du point de vue des hommes  ; et pour des hommes  ... d'ailleurs , à l'époque , est-ce que les femmes savaient lire ? La lecture des Vedas ,en tout cas , leur a été longtemps interdite ...Enfin , enfin , enfin , Chitra Bannerjee racontait l'histoire d'un autre  point de vue ( parfaitement raisonnable , bien sur , de mon point de vue  - et il était grand temps !  ) le point de vue de la Reine Draupadi  ; le point de vue d'une femme . Bon , on voit bien que l'auteur a lu Autant en emporte le vent dans sa jeunesse et que ça l'a peut-être un chouïa impressionnée ,  mais -  quel bonheur !  Je ne confondrai plus jamais les personnages ...    

 

Résultat de recherche d'images pour "Chandra Banerjee Divakaruni Palace of illusions"

 

* Et , mes enfants , réjouissez-vous ! ce livre génial a été justement traduit en français - sous le titre , certes un peu prévisible , de " le Palais des illusions " .     
 

commentaires