Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

19 février 2019 2 19 /02 /février /2019 10:31

 

                Je poursuis ,chaque matin , les expériences de méditation avec des pierres ( dans la main , la plupart du temps ; mais pas toujours . Par exemple ,  j'ai expérimenté de méditer avec un cristal de roche dans les mains , et cette tourmaline noire - une pierre qui ,décidément , a des choses à me dire - la plus proche possible du chakra racine ... dans l'atelier auquel j'ai participé , l'animatrice disait : "le plus près possible de la foufoune" . Le mot " foufoune " est tout à fait charmant , avec ce côté délicat , ludique ... qui ajoute au mot " féminité " une touche de fantaisie et de légèreté - nuances que mon éducation n'avait guère contribué à y inclure . Faut dire , déjà , qu'avec quelques décades de psychothérapies et nettoyages du mental tous azimuts , j'ai réussi à me dégager de ce que ce mot pouvait comporter de fâcheux , de dangereux ,  pour les femmes de ma famille ( je rappelle qu'il y avait , entre autres squelettes , un avortement plein de souffrance dissimulé dans le placard familial )  .  Ah ... je me souviendrai toute ma vie de la façon que ma maman a eu de m'annoncer - je devais avoir dans les onze ou douze ans , je ne savais rien de rien de mon anatomie parce qu'entre le menton et les genoux c'était le vide culturel et que  mon évolution corporelle était assez en retard par rapport à la moyenne - de m'annoncer , dis-je , que " bientôt tu vas avoir tes règles - ( ici , elle avait baissé le ton jusqu'au chuchotement ,  pour m'annoncer la nouvelle comme s'il s'agissait d'une horrible mort prochaine  ) - tu seras indisposée tous les mois ( ton toujours sinistre ) tu perdras du sang . Le ton donnait froid dans le dos  - ça gênait maman de me parler de sexualité , peuchère !   Bien entendu , entendant cette nouvelle que je ressentais comme  mortifère , mon corps avait encore ralenti son évolution ; du coup ,  je n'ai pas eu de " règles " avant mes quinze ans ,et encore , parce qu'on m'a donné des médicaments pour ça ...  forcément , ma vie d'enfant en était déjà plus que pleine à ras bords de règles , de lois dites et non dites ,d'obligations innombrables et de barbelés - je n'avais aucune envie qu'elle en comporte plus ...

          ( Si bien que lorsque  je vois ,  j'entends , la liberté qu'ont les jeunes femmes de maintenant pour parler de sexualité , je m'émerveille ... )

         Bon , j'en étais où ? Ah , oui , donc , je médite le matin , en compagnie de pierres diverses , placées en divers endroits de mon corps  . Et j'observe , sans préjugé . Mais c'est étrange , car les sensations sont souvent inattendues ... Comment supposer , par exemple , qu'un fragment d'améthyste banal puisse occasionner en moi  une telle vague d'amour  , de tendresse - ce caillou ???? L'amour , que je peux ressentir quand il m'est donné par un humain ( à la rigueur ) d'un chat ( toujours ) d'un chien ( toujours ) - oui ... Mais ça ??? une pierre ? m'aimer ? mais qu'est-ce que c'est que cette sensation ?  qui , donc , serait en train de m'aimer  ?  à moins de supposer que cet amour est quelque part en moi . ( Ahiiiiiii ! c'est quoi , moi ? ) -

        Trop bizarre . Si je résume ma vie : de cinq à trente ans , en gros , je vivais dans mon blockhaus . A vingt-trois ans , je commence à peindre , et je n'arrête jamais . A vingt-sept , je commence le yoga , que je n'arrête jamais , tout en l'approfondissant par à -coups . A trente et un an , je rencontre Philippe , mais il navigue , et , quand à moi ,  j'exerce toujours un métier très inconfortable .  De trente-cinq à quarante-cinq : leucémie  , rencontres de gurus et de guérisseurs , grands travaux sur l'inconscient et  grands bouleversements . Puis , de quarante -cinq à cinquante-sept , mon cher et tendre revient à la maison au lieu de naviguer sur la mer jolie la moitié du temps -  vie de couple , enfin  heureuse et "normale"  . De cinquante-sept à soixante-neuf ans , découverte de l'Inde , de l'énergie des mantras et du sanskrit ... Avec tout ça , je commençais à me peaufiner un ego dont j'étais assez satisfaite , approchant cette année les soixante-dix ans , une jolie pyramide bien léchée , du sommet de laquelle mon mental pouvait enfin contempler soi et le monde avec un contentement relatif .

      Mais maintenant , alors ... je suis privée de l'Inde , mais je découvre ce monde des pierres  . Encore un chamboulement inattendu -  Badaboum  ! c'est reparti pour une destruction  de l'ego et de ses conceptions étriquées , encore une fois . Mais où ça va tout ça ? ( je sais bien que c'est une question idiote , parce que mon mental de l'instant n'a pas la structure , ou l'expérience , pour comprendre )  Mais je ne peux pas dire que ça soit confortable intellectuellement , même si ça n'est pas une souffrance  ... Je continue , chaque matin , à écouter , à chanter le mantra de Sarasvatî , pour la prier de rendre mon intelligence plus vaste , de m'ôter ma stupidité  ... et , en attendant et puisque le rhume me scotche à la maison ( mais je vais sortir tout à l'heure , pas très longtemps , pour acheter , peut-être , une géode d'améthyste chez cette fille qui fait du magnétisme )  je vais relire L'Etoile et le Fouet , de Frank Herbert  qui parle également d'un amour étrange ,  étrange à première vue , mais dont le symbolisme devient lumineux si l'on regarde dans la profondeur ( hum , je fais des effets de style là , non ? on descend dans la profondeur , mais tout devient lumineux - ouais , mais j'ai pas fait exprès ) ...  Et au fait , vous avez vu le reportage sur Dune , le Dune de Jodorowski , sur Arte l'autre soir ?

 

 

 

 

      

commentaires