Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 06:43

 

             J'aurais du m'en douter ... une jeune prof de yoga de ma connaissance proposait , hier soir ,  un atelier de " méditation de pleine conscience " . J'avais fait suivre son mail à deux autres amies , j'aurais culpabilisé de profiter seule de l'occasion . Une seule avait envie de venir ; nous avons fait route vers Sauve .

      C'est une route que j'adore , peu fréquentée ,  montant et descendant à travers la jolie campagne , où les haies d'épine noire commencent tout juste à fleurir , tandis qu'au gré des tournants , se dévoile petit à petit la belle courbe de la colline qui domine le Vidourle  ...  G. ne connait pas Sauve ,  je me réjouis de lui faire découvrir ce bel endroit . Hélas ... Comme souvent , elle est d'humeur négative , rejette tout  ,  et commence à décrier vivement ce qu'elle appelle un " manque d'harmonie " et la laideur du paysage  ... La pauvre ... dire qu'elle habite notre  région depuis vingt ans au moins , qu'elle roule beaucoup , et qu'elle déteste tellement le coin , qu'elle regrette tellement ses belles années  en Suisse , qu'elle n'a jamais quitté Alès ; ou presque ...  n'est même jamais allée au Mont Lozère ... La pauvre .  Heureusement , en lui proposant de faire route ensemble , j'avais pris la précaution de  lui dire auparavant que ça serait bien de faire une partie du trajet en silence , ou en écoutant des mantras , ce qu'elle avait accepté . Ce que nous avons fait : après dix minutes de papotage , où je sentais petit à petit sa vision dépressive du monde prendre toute la place , j'ai mis de la musique , et  la voix nostalgique de Krishna Dass m'a redonné confiance et force et la joie de profiter du trajet ...

          Bref  , nous atteignons Sauve ; je passe volontairement par le vieux pont et me ( nous ? ?? ) régale encore au passage de la vision des maisons étagées au dessus de la rivière .Nous atteignons sans encombre le lieu où se tiendra la méditation - un dojo , avec tatami s'il vous plait ... nous retrouvons S. , qui anime ; ensuite ,  le vestiaire se remplit peu à peu de femmes gaies , au bavardage bon enfant .  On s'installe , commençant par une bonne petite séance de yoga , plutôt douce . Ensuite , méditation .   S. prend bien le temps d'installer tout le monde en posture assise , proposant des sangles ( ce qui ne m'intéresse pas ) et donnant des conseils pour que personne n'ait mal au dos ou aux genoux ; puis , à mon étonnement , elle guide tout le temps , de sa voix à la fois timide et claire . Personnellement , j'adore ça ; cependant ,  j'aurais cru que la méditation de " pleine conscience " était plutôt dans le genre Zen . Mais , j'aurais du m'en douter , S. est très " New Age " , donc nous voilà parties à méditer , les racines dans la Terre et la tête vers les étoiles ...

         Un bonheur ! et je remercie chaleureusement l'animatrice en partant ... Seulement , G. n'a pas apprécié du tout ; elle se plaint maintenant avec vigueur que son dos soit "ruiné " ( elle n'a pas osé , ou pas voulu , profiter de la possibilité de s'allonger proposée par l'animatrice ), ruiné par la position assise avec la colonne vertébrale à peu près droite  tenue pendant une demi-heure . Elle n'a pas aimé la façon de guider la méditation ... etc , etc . AÏe , aïe , aïe ...

           Je suis bien désolée pour elle , quoique continuant , personnellement , à profiter de la joie  de la séance . Faut dire , ça m'avait un peu étonnée qu'elle veuille m'accompagner là bas sans plus se renseigner que les quelques éléments que je lui avais donnés ... Mais tout s'éclaire , elle avait cru que je lui parlais d'une autre prof de yoga .

        Bon ... Nous atteignons ma maison , G. repart dans sa voiture , en compagnie de son mal de dos et de sa souffrance de rejet du monde ... je culpabilise un peu , mais pas trop ; j'ai tellement sommeil , je vais me coucher tôt .

 

 

        Je me réveille  à six heures avec un cauchemar : je suis dans un genre d'établissement scolaire ou religieux ; il y a beaucoup de gens , dispersés dans des petites cours ou des petits jardins ;  de jolis arbres , et des conférences ici ou là dans les pièces  donnant sur la galerie qui entoure les jardins ; mais il y va y avoir aussi , dans ces salles ,  des cours de justice . On amène un prévenu , c'est un homme jeune et qui serait plein d'allant , dans le genre commercial ,  mais il n'arrive pas à parler , sa voix est terriblement faible et enrouée ; je me rends compte alors que c'est parce que toute la région qui entoure son cou porte les marques profondes d'un genre de garrot qu'on lui a passé pendant sa détention . Horrifiée , je pars ...

 

          Et dans la réalité , je me réveille . Encore horrifiée , oui ,  par le spectacle de ce pauvre jeune homme !  ... En creusant un peu , je me rends compte que le jeune homme torturé a beaucoup à voir avec ma sœur , qui souffre énormément en ce moment d'arthrose cervicale ; et dont la voix est souvent faible ou enrouée . Effectivement , elle a été garrottée , au sens symbolique , durant son adolescence ... j'ai encore dans mes oreilles de toute petite fille les disputes familiales d'alors  , ses pleurs et ses protestations d'ado  ,  elle qui voulait ,avec toute l'ardeur et l'espoir de sa jeunesse , devenir médecin , alors que mon père le lui interdisait  ( elle n'a pas de santé , nous n'avons pas de relations ... Pour mon père , fils de paysan et qui l'était encore par bien des côtés ,  le fait de devenir médecin , de vouloir " faire médecine " était réservé aux bourgeois  . Et aux garçons de préférence .

           Ma soeur a fait autre chose ; et de l'extérieur on pourrait penser qu'elle a eu une belle vie bien remplie . Mais je suis certaine qu'elle garde encore les profondes cicatrices de ce garrot qu'on lui a imposé autrefois .  J'entends aussi les remarques que lui rabâchaient les adultes : " Tiens toi droite ! " J'aimerais bien , par rapport à ses douleurs actuelles ,  qu'elle ne se contente pas de voir une simple psy , mais qu'elle explore un peu cette souffrance qui l'a empêchée de se tenir droite , sinon de fonctionner  ... ça ferait sûrement du bien à son corps .  Enfin , ça n'est pas moi qui décide de sa vie , ça n'est pas moi qui décide de son chemin  . Tout comme pour G.    Quoi faire ? Comment contribuer ?

 

 

Eh oui , la peur ... on peut s'enfuir , changer de lieu , elle continue à habiter avec nous , et nous fait coucou de temps en temps ...

Eh oui , la peur ... on peut s'enfuir , changer de lieu , elle continue à habiter avec nous , et nous fait coucou de temps en temps ...

commentaires

luside 27/03/2019 22:45

Tes dessins parlent si bien de toutes ces émotions. Pourquoi ne pas en dédier un à ta soeur ?...