Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 03:17

           Je me réveille , sans comprendre qu'on est encore au milieu de la nuit tant elle est claire .. L'impression que tout le centre de ma poitrine est enserré dans une gangue de tristesse - un véritable faisceau de tendons , épais , élastique , résistant ,  de fils quasi organiques , de déprime et de cafard ... 

            Je m'assieds un bon moment sur le canapé , confortablement mais le dos droit - sans laisser tourner les pensées dépressives , mais  me contentant de rester avec la sensation ; tout en cherchant vaguement ce qui , dans ma journée passée à Avignon , a pu occasionner une telle tristesse , et ne le trouvant que trop ... Peut-être seulement tout le regret du temps où la maison d'Avignon était pleine de monde , où mon amie  était jeune et gaie , où tous les gens que je connaissais étaient jeunes et - de ce fait , forcément - pleins d'espoir parce que la vie était à venir ...

          Bah ! Je suis certaine qu'on doit pouvoir vieillir gaiement . D'instant en instant .  Même  en attendant la mort . Et même si je ne ressens rien de tel en cet instant . Du coup  , je me lève , car je me souviens que je voulais vous copier un peu de la préface des Editions Moundarren à l'édition des Haïkus d'hiver ; préface que j'ai trouvée d'une beauté incroyable , l'autre jour : 

           [...]  Mais n'est-ce pas là la prodigieuse vertu de la poésie et de l'expérience poétique de faire fi du temps et même de l'espace ? Quand le passage du temps n'est plus vécu comme linéarité mais comme profondeur , là réside l'extraordinaire compréhension du monde . [ ici une citation de Yang Wan li (1127-1206  ) , poète , qui , lui , n'est pas japonais mais chinois  et au fait les poèmes de Yang Wan li , toujours aux éditions Moundarren , sont super chouettes aussi  ]  . C'est ce printemps poétique au cœur de l'hiver , ce feu au cœur de la neige , qui animent les poèmes rassemblés dans cet ouvrage . L'hiver ,c 'est à dire le givre sur lequel la canne dessine le mont Fuji , la pluie dont le bruit sur un parapluie s'arrête chez le voisin , la neige qui rend le chant du coq plus lointain , la fin de l'année en ce monde flottant . Cette année , oui même cette année , tourne à sa fin .

                  réclusion hivernale

                             de nouveau je m'adosse

                                             au pilier

écrit Basho . En hiver plus qu'en toute autre saison , nous sommes conviés à avoir le talent de saisir le merveilleux au cœur de l'ordinaire .                                

                                      Moundarren , Hiver 1990

       

     C'est surtout cette dernière phrase que je trouve magique . " En hiver , plus qu'en toute autre saison , nous sommes conviés à avoir le talent de saisir le merveilleux au cœur de l'ordinaire ."

       Allez ,  je retourne sur le canapé - je vous laisse , j'ai rendez-vous avec mon cœur ...

 

 

 

                                    se réveiller vivant en ce monde ,

                                                                                 quelle joie !

                                                                                         la pluie d'hiver

                                                            Shoha ( ? - 1771 )

  

commentaires

R
On essaye de respecter la règle des 5/7/5... on a une japonaise avec nous qui écrit en japonais et puis on traduit...en anglais! alors on tente de rester surtout dans l'esprit haiku! une charmante ex prof d'italien (!!) nous donne des consignes!
Belle journée!
Répondre
P
Merci ! Bises Françoise
R
Il y a tellement d'années que c'était peut être dans une vie antérieure tu m'as offert ce livre de haiku d'hiver "on se les gèle!"... A l'époque j'étais assez insensible aux haiku mais j'avais bien aimé le titre et le reliure avec une ficelle! Et bien maintenant je suis devenue une fan d'haiku, je participe tous les 15 jours a un atelier ou nous écrivons ensemble des haiku et vraiment c'est devenu une sorte de chemin spirituel, une façon de s'ancrer dans cette éphémère et éblouissante éternité de l'instant!
Alors merci de m'avoir offert ce premier livre!
J'en profite pour te souhaiter a toi et à Philippe une belle, douce et riche année!
Répondre
P
C'est super votre atelier ! Seulement , quelle règle vous donnez -vous ? Je crois que pour les haïkus , en japonais donc , le nombre de syllabes est réglementé ( et peut-être qu'il y a d'autres règles , je ne sais pas ) ; et là , en français ? comment faites-vous ?
Et je suis contente alors que ce livre ait fait son chemin - je ne m'en souvenais plus , effectivement !
Bises et très belle fin d'année à toi aussi ! Françoise