Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 05:07

        On a vraiment les rêves qu'on mérite : Phil rêve , la nuit , qu'il se promène dans des villes merveilleuses aux architectures splendides ( pas toutes les nuits , quand même ) . Mon amie Renée d'Avignon me confiait l'autre jour qu'elle rêve souvent être en train de jardiner  , et son jardin   , dans la journée est pour elle joie et  ressourcement   ) .
         Et moi ... moi , je viens de me réveiller après avoir rêvé que j'étais dans une maison dédalytique , essayant de tuer une femme blonde au petit visage , la femme de mon frère,  laquelle essayait aussi d'avoir ma peau ... c'était charmant . On se guettait à chaque coin de mur , chacune prête au meurtre ...  je n'ai pas trop envie de devenir une étude de cas pour les psys à l'affut sur le net , s'il y en a ,alors je ne donnerai pas de détails intéressants sur les modalités pratiques de l'affaire  . Il suffit de dire que c'est moi qui gagnais . Par contre , aussitôt après , mon frère arrivait avec une nouvelle femme , une blonde aussi au petit visage lourd et placide , et tout était à recommencer ; et là je m'y prenais de manière plus radicale .


     Eh beh ... et moi qui m'identifiais l'autre jour à une petite souris qui a peur du grand méchant téléphone ... Voilà que dans mes rêves j'essaie d'éliminer un aspect de ma soeur ! ( en fait c'est un coup de téléphone hier soir de ma soeur aînée ,( pas l'anaconda , l'autre )  dont je n'arrivais plus à me dépétrer , qui a tout déclenché ) Un rêve d'autant plus intense que croit mon désir d'aimer cette soeur et d'arriver à une bonne relation avec elle ; seulement certains des aspects sororaux, je dirais un volontarisme savoyard , me cassent les pieds . En Savoie ( la famille de mon père est savoyarde ) certains parents paysans parlaient à leurs enfants comme à leurs chiens , ou comme à leurs vaches ; même ton autoritaire , avec des inflexions  méprisantes , mais avec l'accent de là bas ... ouh là là j'aime pas ça . ( Je n'aime pas trop l'accent savoyard , une de mes voisines et son mari le sont , ce qui  me donne un peu la chair de poule )

   Ma soeur aînée n'a pas l'accent , elle n'est pas méprisante , mais je sens chez elle un terrible activisme sous-jacent , faut pas se laisser aller , faut jamais jamais jamais rester inoccuppée ... autrefois elle était fanatique pour donner des conseils ( vieil atavisme des aînés ) maintenant ça c'est amélioré , mais c'est quand même présent . Sa vie non plus n'a pas été facile . Enfant , elle a connu la guerre , elle et mon autre soeur ont été confiées un certain temps à une tante , en Savoie donc , parce que là bas trouver à manger était plus facile . Ma soeur en a gardé un amour de la région , de cousins là bas , où elle habite en partie . Moi , qui n'ai pas connu la guerre ,moi qui me suis fait longtemps entortiller dans la toile magique racontée par maman et tata , la toile sensible au moindre frémissement de l'enfance de ma mère et de ma tante , qu'elles racontaient souvent et qui me paraissait bien plus réelle que ma vie à moi  , je considère ces Savoyards renfermés ( il me semble que les hommes avaient presque tous le sens de l'humour , une de leur prérogatives traditionnelle qui échappait aux pauv'femmes ; lesquelles se contentaient de travailler comme des bêtes ) avec méfiance . Quel bonheur d' habiter de l'autre côté du Rhône !


       Les rêves qu'on mérite ... bon, je suppose que ce qui me ressource, moi ,dans mes rêves , c'est de faire du ménage dans mes projections ... on pourrait dire , ça m'apprendra à lire des Sue Grafton juste avant de me coucher , en sandwich avec Philip K.  Dick ; mais non , l'agressivité et le désir d'éliminer ce qui ne me plait pas chez quelqu'un pour avoir une copie conforme de moi-même comme interlocutrice sont déjà en moi , comme en eux , comme chez tout le monde ! et pourquoi aller jusquà un rêve si violent ? reflet de la violence feutrée que je ressentais à l'autre bout du fil  , qui ne me lâchait pas les baskets - par voie téléphonique .*


* d'ailleurs , il y aurait à dire sur le dernier roman de Sue Grafton paru , S comme silence ; sa forme est inhabituelle par rapport au reste de la série ,  une série de flashbacks et aller-retours entre le présent et le passé , qui permettent à Sue d'évoquer de manière très vivante un personnage de femme follement sensuelle , indiscrète et égocentriste , et de la faire assasiner ( par un de ses amants qui a justement peur de l'indiscrétion ) ; mais en la laissant s'exprimer quand même , grâce à la forme flashbacks . Peut-on en déduire que Sue , comme Kinsey Milhone , a éliminé dans le passé son  aspect de femme fatale manipulatrice , pour ne laisser vivre   que son côté d'américaine sympa , bonne copine idéale ? (   dans les derniers romans , jusqu'au S tiens tiens tiens c'est d'ailleurs l'initiale de son prénom ! on se disait que cette sympathique Kinsey , c'était presque étonnant qu'elle soit détective privée , une fille si gentille dans un milieu si abominable ... ) 

         

commentaires