Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 07:51

         Hier , en début d'arès-midi , je pars ( en retard , comme d'hab , en me dépêchant , comme d'hab ) vers Nîmes et la Camargue , j'ai rendez vous avec Martine pour planifier notre futur voyage en Inde . J'ai emporté tout un stock de lettres à mettre à la poste , fruit d'une matinée agaçante consacrée au rangement et à l'ordre ... je passe par le village , en arrivant au rond-point , je vois , venant d'en bas à gauche , que la voiture qui vient de s'y engager est passée par dessus un chat , un chat orange qui reste au milieu de la route ...je vois la queue du  chat qui bouge ,alors  tant pis pour le retard , je vais voir comment il va , s'il faut l'apporter chez le véto ... je me gare , je m'approche , sur le trottoir d'en face une mémé ( elle a bien mon âge ... ) et ses deux petits enfants qu'elle emmène à l'école , tous figés ... hélas ,il est tiède quand je le touche mais il a déjà les yeux qui deviennent fixes , des moucherons s'approchent de sa tête à cause du sang qui est dessous ... quelle tristesse , un joli jeune chat orange et blanc ; je porte la tristesse oppressante tout le trajet jusqu'à Générac . Tout en me disant que ce chat a juste pris une porte de sortie ; vers quoi ... je n'en sais rien . Le pays où il n'y a plus de visites chez le dentiste , plus de paperasses à remplir , plus de bonbons à la framboise ( je paraphrase qui , Rilke , là , je crois bien) , plus de dahlias roses frais et lumineux , plus d'automne et plus de printemps ... plus de sensations , donc ni plaisir , mais ni souffrance non plus ... plus de ponctions de moëlle osseuse  non plus , cette abomination ( note : je n'en ai plus jamais eu depuis vingt ans , Dieu merci ) 
          J'arrive chez Martine , j'admire sa merveilleuse bignone rose , dont elle a pensé à me faire une bouture , ça c'est vraiment gentil . Pour l'Inde , on avance dans notre projet en éliminant des dates et des lieux , mais on patouille toujours , hélas ....j'ai l'impression d'être engluée
          Je rentre ,tout le monde roule à toute berzingue sur la petite route  vers Nîmes ; à cent mètres devant moi arrive une moto que je vois soudain déraper et rouler dans le profond fossé ... je me gare dans un petit chemin tout près , je vais voir là encore . Le conducteur se remet lentement sur pied , je reste un bon petit moment à côté de lui pour être sure qu'il va bien , il appelle sa femme sur son portable ... bon , je ne peux servir à rien , il est d'applomb et donc il peut toujours demander à quelqu'un de l'emmener , moi je n'ai pas de portable et  il y a beaucoup de passage sur cette route .
          Bizarre , j'ai assisté ,  à deux accidents le même après-midi ...je suis plus touchée par le chat écrasé , que par le motard miraculé .  Passé Nîmes , un témoin se met à clignoter sur le tableau de bord , je regarde c'est pour m'indiquer que l'airbag est opérationnel , mais il devrait s'arrêter de clignoter , ça c'est pas normal . Du coup , qu'est-ce que je roule lentement pour rentrer ... 
        Et hier soir , et ce matin encore , je me demande ce que je peux avoir à comprendre , de ces  coïncidences . En tout cas les deux étaient dus à notre précipitation de cinglés ,   à nous les civilisés qui essayons d'être toujours à l'heure , qui essayons de ne pas rater un rendez-vous et qui ne pouvons résister à la tentation de caser le plus d'occupations possibles dans notre temps non élastique ... tous cinglés . Tous aliénés . Et moi ? et moi ...      
    

commentaires

C
c'est une des nombreuses raison qui m'ont poussée à partir, entre autres : la précipitation, pa assez de temps, plus assez, vouloir toujours en faire plus ...... ici on vit mora mora (doucement), on vit avec la course du soleil, on vit, quoi ..........
Répondre