Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 15:50

  On a retrouve notre chauffeur d'hier et sa minivoiture Tata ... communiquer est toujours aussi difficile , je m'esrime a lui expliquer qu'on veut aller voir le temple de Sai Baba a Shirdi et il s'escrime a m'epliquer ... je ne sais pas quoi , finalement il me passe son boss au telephone  (il a ete tres decu quand je lui ai dit que je n' avais pas de telephone portable ) et le boss essaie dessesperement de me convaincre de quelque chose , mais de quoi ? mystere ...  je lui ai demande de parler moins vite , il a tenu vingt secondes et ensuite il s'est relache , et moi j'ai completement decroche ...  finalement , je dis : O.K , mais a quoi est-e que j'ai bien pu acquiescer , de quoi m'a-t'il convaincue ? je me saurai jamais ... on part donc gaiement , vers Nasik en tout cas . On met longtemps a s'extirper des faubourgs decatis de Pune , qui est une grande ville  . Enfin , la campagne ,terres arides recouvertes d'une rare  herbe jaune et  grise , ponctuee de bosquuets d'un genre d'acacia , collines terreuses qui montent et qui descendent , et entre les collines des rivieres grandes ou petites ;  pres des rivieres des petits champs , d'oignons ou d'ail , de cereales ,ble ou orge ,  de fleurs  , des villages de terre et des temples  minuscules surmontes d'une toiture conique en forme de melon tres etire vers le haut , ou de bonnet , et  peints presque toujours dans des tons pastels ou acidules . Tres jolis .
   Plusiers heures a rouler dans ce paysage aride , puis on passe un genre de petit col , et on se retrouve dans une plaine plus fertile  ; beacoup de champs de canne a sucre , toujours des cereales , et  des cultures maraicheres  . Le chauffeur nous arrete dans un  bouiboui ou l'on peut consommer , a l'ombre , du jus de canne a sucre tout frais presse sous nos yeux , avec un peu de citron ,un regal ... on arrive a un grand rond-point , etonnee et soulagee je vois qu'il prend la route de Shirdi ... parfait ! nous arrivons a Shirdi  vers les deux heures .
               Shirdi , le temple de Sai Baba... Je m'imaginais un grand temple un peu isole et tres poetique , comme ceux que nous avons visite a Tanjore , par exemple . Ben j'ai  pas  ete decue ; tout d'abord on a vu  des tas et des tas d'hotels et de restaus , des tas et des tas de rickshaw , des tas et des tas de  gens en processions diverses  ... et puis on a commence a chercher ou se garer . Pas facile ... des cars , des voitures , des camions , des tas de petites boutiques d'objets plus ou moins pieux - pour autant que j'aie pu m'en rendre compte . Un type avec une tunique blanche et un badge d'allure officielle nous prend en mains ,  nous fait  garer la voiture puis nous pilote , Martine et moi , vers le temple .Que de monde ! le chaufeur nous a dit que les appareils photos etaient interdits ; je me suis betement laissee impresionner par l'attitude frondeuse de ma copine et j'ai garde le mien dans mon sac ...  on approche du lieu saint , le gars en tunique blanche nous amene a un magasin et nous dit d'enlever nos chaussures , j'entame une crise de parano , qu'est-ce qu'il veut encore nous vendre celui-la ? rien , rien , on n'achetera rien ...bon , on lui donne quand meme  nos sandales , et nous voila parties pieds nus sur les dalles , a suivre un infernal circuit qui repart sur une partie de la rue ,  serpente en plein cagnard entre des barrieres metalliques , on croit qu'il se dirige vers le temple et puis ca rebrousse chemin , on se croirait dans Lewia Carroll ... entre temps on s'est fait fouiller par des fliquesses et on a avoue que oui , on avait bien des apparreils photos , donc on a du ressortir pour confier nos appareils a une autre officine , comme tout le monde ... enfin on rentre dans la cour du temple , on veut entrer , on monte un escalier ... seigneur Dieu , on se croirait au pelerinage de la Mecque comme on le voit a la tele  ,ou au metro statin Chatelet a six  heures et demie du soir ;  la foule des devots est coude a coude fesse a pubis et ils scandent quelque chose a   grand cris en tournant dans une grande  salle  ... on rebrousse chemin aussi sec . Ouf ! inexplicablement , ma parano et ma mauvaise humeur ont disparu et je me retrouve tout a coup benefiiciant d'une humeur angelique , prete a reconnaitre , comme Sai  Baba , Dieu dans chaque etre que je rencontre ...pourvu que ca dure ...
            

commentaires