Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 08:49

         Je voulais retourner aussi à Kanchipuram , et pas seulement pour y acheter des écharpes de soie , pas seulement parce que c'est une des sept villes saintes -  on y  est automatiquement libéré du cycle des naissances et des morts si l'on y nait et l'on y meurt - pas seulement pour revoir les temples pittoresques , mais aussi pour recevoir à nouveau le darshan ( la bénédiction ) d'un petit temple en particulier , où se perpétue la lignée de Shankaracharya . Une lignée de saints , si vous voulez . Qui  transmettent , de gourou en disciple , l'enseignement et l'essence de Shankaracharya . Entre parenthéses , j'ai acquis un peu plus tard à Pondichery un joli petit livre qui m'en a dit plus sur l'enseignement de Shankaracharya : ça s'appelle " Je suis Shiva ! " , sous-titré Hymnes à la Non-dualité , publié par des éditions qui m'étaient alors inconnues : Nataraj . Shankaracharya était un philosophe baladeur du VIII e siècle , peu porté sur les rites , et  il  a un côté destructeur qui me ravit quelquefois , moi qui suis une vraie girouette au vent des désirs  :

 

 

 

                                       Adore Dieu , adore Dieu

                                       Adore Dieu , O insensé !

                                         Quand viendra ton heure ,

                                            Les régles de grammaire , c'est sur ,

                                               Ne te seront d'aucun secours .

 

 

 

 

     ou encore :               Le jour et la nuit , l'aube et le crépuscule ,

                                        l'hiver et le printemps se succédent , encore et encore

                                Le temps joue , la vie passe ... mais le vent des désirs et de l'attachement ,

                                       lui , ne passe pas .

 

      ou auparavant : ( j'adore ce verset , non que je sois émue par les poitrines des jeunes filles , mes désirs affolants à moi concernent plutôt toutes les jolies soieries dans les vitrines ... )

 

                                          Voyant les poitrines opulentes des jeunes filles ou leur nombril ,

                                             ne tombe pas dans l'illusion qui t'affole

                                              Il ne s'agit que d'aspects changeants de chair et de graisse.

                                          Considère celà dans ton mental ,

                                            Encore et encore .

 

            Ce qui ne m'empêchera pas d'aller m'adonner comme une perdue aux plaisirs des sens dans un magasin de soieries , le soir ... 

            Donc , Kanchipuram ... jolie petite ville , à deux heures en voiture de Chennai à tout casser . Nous y sommes arrivées dans l'après-midi , après un délicieux casse-dalle dans un routier au bord de la jolie route ( Thali pour moi , c'est à dire une montagne de riz blanc au centre d'un éventail d'une dizaine de petits bols de succulentes sauces aux légumes  ) . Léger à digérer - quand vous pouvez manger pimenté , bien sur . Si vous ne pouvez pas , inutile de s'inquiéter : vous demandez " not spicy " . Le serveur , quel que soit l'endroit où vous vous retrouvez , vous approuvera toujours avec un bon sourire et un regard compréhensif  de ses beaux yeux noirs : " O.K , not spicy , madam" . Puis il vous apportera une assiette appétissante , confirmera : " not spicy " , et vous n'aurez plus qu'à vous accrocher à votre chaise au moment de savourer la première bouchée qui vous fera cracher des flammes  . Si vous ralez , si vous vous plaignez , la bouche encore en feu et les yeux pleins de larmes  , il prendra l'air étonné et triste : vous avez demandé not spicy , mais oui ! comment donc ,  il vous a apporté une assiette not spicy .. et vous n'aurez plus qu'à vous résigner à un régime de riz blanc ou de chapatis - sans sauce -jusqu'à la fin du voyage . Ou alors prenez des nouilles chinoises s'il y en a ( chinese noodles )  , ça en général c'est supportable .

            Nous atterrissons dans un hôtel confortable , en pleine ville mais un peu à l'écart de la circulation- nous échapperons aux harangues des orateurs dans le meeting politique tenu dans la rue en contrebas ,  mais  le bruit d'une climatisation infernale , comme un frigidaire géant installé à nos chevets ,  sera une gêne toute la nuit . Peu importe , on le sait que l'Inde est bruyante , à n'importe quelle heure du jour et de la nuit . Quand il y a des meetings comme ça , ou des mariages , ils installent des hauts-parleurs qu'ils mettent à pleine puissance , comme dans un concert rock ; là , il s'agissait des partisans de la dame au visage rond qu'on voit sur la photo de l'affiche ; les orateurs parlent pendant des heures , sans se lasser de leur propre exaltation  .

 

 

 

P1080625.JPG

             

                                 

                                    

commentaires