Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 18:09

 

                 Hier , temps encore automnal , j'avais décidé de tailler les rosiers - ce que je fais toujours  avant l'hiver , je trouve ça trop triste de tailler au printemps quand toutes les plantes sont pleines  d'enthousiasme  . Bêtement , je m'étais levée tard , parce que la nuit précédente j'avais voulu profiter d'une petite insomnie entre trois et cinq heures du mat   pour finir un polar qui m'avait scotchée  ( sicilien , le polar , vous devez connaître   .. ) . Mais un peu angoissant  , je ne devrais pas lire des trucs comme ça moi .  Bref , je ne me pointe dans le jardin que vers dix heures , après avoir fait une petite séance de yoga ,  pris mon temps pour le petit dej , et terminé le courrier urgent ; de l'intérieur , j'avais vu avec attendrissement que Philippe était dans un des oliviers , déjà occupé à  cueuillir les négrettes , à moins que ça soit les picholines .. Qu'est-ce que c'est idyllique de jardiner à deux dans un grand jardin .          

                   Ben non . Non ,  parce que le Philippe quand il cueille les olives il écoute la radio posée en bas de l'olivier  - France Culture , toujours France Culture - et que le son porte a-bo-mi-na-ble-ment , même dans un grand jardin  ;  et que moi quand je jardine j'aime n'entendre que le vent dans les feuilles , le coq du voisin qui chante ou ses ânes qui me crient bonjour  .. à la rigueur , une voiture qui passe sur la route ... pas plus . L'émission  était surement intéressante ,mais elle me bouffait mon espace . Je ne voulais pas lui demander d'arrêter parce que ça l'aurait foutu de mauvais poil , je culpabilisais déjà  de le laisser se débrouiller tout seul avec les olives ( trente kilos , aux dernières nouvelles ) . J'ai donc décidé de tailler les rosiers de l'autre côté de la maison , seul endroit protégé des commentateurs oiseux : seulement , c'est le côté qui  est à l 'ombre le matin ; au bout d'une demi-heure ,  qu'est-ce que je me caillais ...  je coupe , je taille , je remplis les grandes poubelles plastiques de branches que je détaille en petits morceaux pour ne pas que ça prenne trop de place , j'apporte ensuite en bas du jardin pour brûler ( en me bouchant les oreilles parce que ça rentre dans l'espace sonorisé ) , je garde de belles boutures pour envoyer à la copine qui m'en a demandé ... j'attends avec impatience que l'émission se termine pour aller tailler les rosiers côté soleil . Je commence à être de mauvaise humeur ,  qu'est-ce que ça dure cette émission , qu'est-ce qu'ils sont bavards  ...  pour me concentrer sur ce que je fais je me chante un mantra intérieurement , Om Nama Shiva -  sur l'expir , ça m'aide à ne pas me sentir envahie par la radio , après tout les vrais sannyasins ils arrivent à méditer dans un aéroport , ma fille prends en de la graine ,  j'inspire , j'espire Om Nama Shiva mais dés que je me déconcentre le bavardage à l'extérieur , la mauvaise humeur à l'intérieur ... et pourtant tailler les rosiers j'aime bien en général mais là  : je coince .

 

 

 

P1090620.JPG

                 ( ça , c'est  en Mai , le rosier rouge au dessus du Blush Noisette , qu'au moins vous compreniez pourquoi je m'escrime )

 

 

 

 

                 Midi . L'émission enfin terminée , j'arrive à extraire de ma pauvre  cervelle dont le fonctionnement est déjà notablement ralenti par le froid une plaisanterie de bon ton pour que Philippe arrête la radio - ce qu'il fait . Quel bonheur , ce silence ! J'ai sorti l'escabeau , déjà , pour pouvoir tailler les rosiers les plus hauts de la pergola au Sud Ouest . Je commence par le bas du rosier rouge ... puis je m'apprête à aller chercher l'escabeau , je l'ai posé contre le mur du garage tout à l'heure . Zut alors , il n'y est plus ; mais par contre qu'est-ce que je vois au pied de  l'olivier ? l'escabeau ; et sur l'escabeau , les chevilles de Philippe , qui est en train de cueillir le haut de l'olivier ... Je lui demande quand est-ce qu'il a fini ; comme il est déjà de mauvaise humeur d'avoir  arrêté la radio il me dit que c'est pas tout de suite et que j'ai qu'à continuer à tailler le bas des rosiers , qu'il voudrait terminer les olives avant la pluie ... Il a raison . Oui mais moi j'ai raison aussi , parce que si j'attends après la pluie la terre sera molle et les pieds de l'escabeau s'enfonceront trop dans le sol , abîmant les clématites et les hémérocalles que j'ai plantées en bas   du rosier rouge  . Intérieurement , je ronchonne et je râle tout ce que je sais ... et je taille , je taille le bas des rosiers . Heureusement , il fait moins froid . Oui ,mais le soleil se cache ... J'avais décidé de terminer les deux  grimpants aujourd'hui ; je prends donc une chaise de jardin que je câle sur des planches pour que les pieds ne s'enfoncent pas dans la terre meuble de l'automne ;   installée en équilibre douteux au milieu des branches épineuses  , en espérant que je ne vais pas me casser la figure dans les rosiers du bas , je m'occupe du rosier rouge parfumé à grandes fleurs , je l'ai planté il y a trois ans et je n'aurais jamais imaginé qu'il pouvait atteindre un tel développement ...  , je taille , je taille , en attendant qu'on me rende ce fichu escabeau ...

                 Deux heures et demie . Ras -le-bol , je suis crevée , tant pis pour le haut du rosier , j'arrête ... je le dis à mon cher et tendre toujours perché . Mais là , il me sort qu'il a fini dans cinq minutes ; et me rend l'escabeau . Bon , je le voulais je l'ai , ça serait bête de ne pas m'en servir .. je  me réinstalle , et que je te coupe et que je te taille .. je ne suis presque plus fâchée contre lui .

                 Trois heures et demie . Ouf ! Terminé pour celui-ci . Il me restera encore " Pierre de Ronsard " , et puis l'autre rosier rouge à grandes fleurs qui pousse contre la maison ,  mais je n'en peux plus , j'arrête .  D'ailleurs , j'ai un tantinet mal au dos . Et les pieds gelés . Et puis ,il commence à faire faim ... pas question de faire la cuisine , tout de même , il reste de la pâte à crêpes de la veille , ça sera parfait avec un bon thé brûlant  . Nous mangeons paisiblement nos crêpes , je vide gaillardement la moitié d'un pot de confiture de l'été dans la crêpe moëlleuse sous prétexte que j'ai travaillé toute la matinée dans le froid ... ( pêches de vigne aux épices  , un régal je ne vous dit que ça   ... je n'ai pas plaint le gingembre et  c'est le dernier pot  ) . Complétement rassérénée , je décide d'une  petite sieste , le chat roulé en boule dans le creux de mes genoux . Quelle bonne matinée , finalement .

                 Quatre heures et demie . Je me réveille en me sentant le dos très raide  , Dieu sait pourquoi .  J'avais dit à maman que je passais la voir ... je m'extrait difficilement du canapé , je prends la voiture , j'arrive là bas ; j'essaie , pour la distraire ,  de lui montrer des photos que j'ai réussi à enregistrer sur clé USB - la pauvre , elle a beaucoup de mal à voir  , ça n'était vraiment pas une bonne idée , finalement . Arrive Sylvie , re-thé . Je me sens de plus en plus coincée , le côté droit tout douloureux dés que je veux me baisser . Curieux . Nous bavardons gentiment toutes trois , je rentre chez nous ;  enlever mes chaussures est un vrai défi et je me tortille pour ne pas réveiller la douleur .. Ce soir , ils repassent les Tontons Flingueurs sur la 2 - je m'en réjouis d'avance , voilà qui sera souverain contre le mal de dos .  Je fais un peu de sanskrit sur internet en essayant de ne pas m'endormir , puis c'est l'heure du film - j'ai du mal à m'extirper de la chaise pour aller sur le canapé .. Philippe me badigeonne le dos avec du Rhumalaya , la pommade chauffante ayurvédique miracle pour  muscles froissés ... ça chauffe , c'est agréable . Je m'effondre sur le canapé ... ce film est toujours aussi génial . Patricia mon petit , je ne voudrais pas paraître vieux jeu et encore moins grossier , l'homme de la pampa parfois rude  reste toujours courtois , mais  la vérité m'oblige à te le dire : ton Antoine commence à me les briser menu ...  

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=bg_OL7OXVj8

 

  http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&v=7SUGG0ClUP0&NR=1

 

 

                    Dix heures et quart ... mon côté droit est coulé dans du béton  . Je vieillis , je vous dis ...  je vais me coucher avec un mug de tisane brûlante , avant le mariage des tourtereaux  . Eh beh ....

 

 

 

 

 

commentaires

V
Une de mes grands-mères aurait presque cet age.... Laisser bien gonfler la pâte à pain.Bon Noël à vous.
Répondre
P


Merci en tout cas , je vous laisserai un commentaire dés réalisation ! Amitiés , F



V
Bonjour.
Je viens de répondre à votre commentaire sur mon blog concernant la fougasse à l'anchois de Sisteron...Je n'ai pas la recette de la fougasse sucrée mais je vais chercher dans mes cahiers.Ca fait
plaisir de voir que d'autres internautes connaissent cette fameuse boulangerie...
Et je viens à mon tour découvrir votre blog.
Répondre
P


Merci ! moi aussi j'étais ravie de rencontrer d'autres adeptes de la fougasse aux anchois de là bas ..  j'essaie demain - j'espère simplement que ma pâte ne sera pas dure , je
ne suis pas la reine pour la cuisson de la pâte à pain .   Toute ma famille maternelle venait des environs de Sisteron ;  j'ai fait venir ma maman de l'autre côté du Rhône
près de chez moi  , mais  ses souvenirs d'enfance sont encore très présents , malgré son âge ( cent ans !) ; c'est surtout pour elle que je voudrais
réussir la cuisson ...