Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 01:49

 

        Nous sommes rentrés chez nous , tout à l'heure ... Nos deux derniers jours en Grèce ont ressemblé à la fin de trois hommes dans un bateau : pluvieux  ... En tout cas c'est le souvenir qui m'en restera ,  d'avoir cheminé pendant trois bonnes heures à l'intérieur d'un nuage de brouillard opaque et terriblement humide  , tout en haut des montagnes , sur une route aérienne qui tournait , montait , montait ,  redescendait ,redescendait , quelquefois parsemée de pierres tombées de la falaise ou emportées par des ruisselets débordant ,  traversant des forêts que les couleurs d'automne commençaient à effleurer , des hameaux minuscules mais avec toujours un ou deux rosiers en fleurs ,  un troupeau de moutons que leurs chiens essayaient vainement d'abriter du déluge -  jusqu'au temple de Vassaé . Ce temple a été offert par des dévots à  Apollon , pour le remercier ,  parce que leur petite ville de Figali avait été épargnée par la peste . Ils ont édifié le monument tout au sommet ... Enfin , il m'a semblé , parce qu'on ne l'a trouvé qu'après une longue route dans le brouillard ; ensuite , cinq minutes à patauger sous des parapluies que le vent essayait à toute force de retourner , en suivant un chemin de terre , pour le trouver encore tout enveloppé d'une immense bâche blanche : les travaux de restauration ne sont toujours pas terminés .             

          Le plus étonnant était que le gardien du temple était là-haut ,  dans sa petite cahute, pour distribuer les tickets d'entrée .  C'était d'ailleurs une gardienne , une jeune fille que j'ai trouvée bien courageuse , toute seule dans la tempête au milieu de nulle part ; mais à l'abri de la pluie , au moins . A l'intérieur , les colonnes du temple , énormes , cannelées , toutes droites , avaient l'air comme recouvertes d'une gangue d'argile  jaunâtre , fendillée de partout ; le vent , qui me semblait glacial parce que je portais encore des vêtements d'été ,  hurlait dans les fentes de la bâche , la pluie   pénétrait à l 'intérieur .

       Pourtant , le matin même , nous avions visité tout à loisir  le merveilleux site d'Ithomi sous un soleil délicieux ... Ensuite , nous nous étions dirigés vers les montagnes le cœur léger - ou presque : nous avions croisé un grand chien égaré , le plus maigre que j'ai jamais vu ; j'avais pu le faire profiter de la quasi totalité d'un paquet de biscuits , ou plutôt d'un genre de biscottes au sésame ;  mais je me demande ce qu'il est devenu . En Grèce , tous les chiens que j'ai vus , par ailleurs , étaient en bonne santé ;  les énormes chiens de garde dans les jardins du Parthénon avaient visiblement leurs trois repas protéinés par jour - à moins qu'ils ne mangent les chats , qui , eux , sont souvent laissés à eux-mêmes et réduits à faire les poubelles . Ou à manger les rats qui doivent proliférer autour des poubelles ...  

       Le lendemain , on a pu échanger nos billets de bateau pour rentrer plus tôt en France . Quand nous sommes partis de Patras , le soleil était éclatant . Mais c'était ,  pour moi , sans regrets .. L'Italie nous tendait les bras .

     

 

 

commentaires