Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

8 février 2018 4 08 /02 /février /2018 20:41
Coonoor . Bouh ! Et encore , c'est moins pire qu'Ooty ...

Coonoor . Bouh ! Et encore , c'est moins pire qu'Ooty ...

 

 

                      La première fois que j'ai entendu ce nom , c'était il y a une douzaine d'années ,  sur un petit sac , très joli ,  contenant du thé . Attention , je ne parle pas de n'importe quel petit sac contenant du thé .. Celui-ci , je l'avais trouvé dans un supermarché de Pondichéry ; c'était : un sac cellophane . Contenant : un sac en tissu velouté au coloris absolument ravissant . Contenant : un autre sac en plastique transparent . Contenant :  un sac en papier métallisé - contenant ...

                                   Deux cent cinquante grammes de thé

                                   environ

                                  et qui , à l 'usage , s'est avéré  absolument délicieux .

            On annonçait : thé des Monts Nilgiri .

                    Je me suis enquise  de ces Monts Nilgiri ,  j'ai su également qu'on leur donnait un autre nom : les Montagnes Bleues . Waouh ! Ca alors ,  en Inde , il n'y a pas que l'Himalaya ? Eh non ; une longue chaîne  de montagnes appelée les Ghats Occidentaux , Western Ghasts , dévale du Nord au Sud , tout le long de la côte Ouest , sur plus de quinze cent kilomètres  ; et les Monts Nilgiri  sont à l' extrémité Sud , tout près de la pointe du triangle indien . A l'Ouest , vous avez la petite bande du Kerala , la forêt luxuriante comme on l'imagine , des lianes partout , de très grands arbres aux grandes feuilles vert émeraude , , un lacis  de canaux et d'étangs   ; à l'Est , le Tamil Nadu  , les collines de grès rouge orange , le  climat plus sec . Les deux états sont très agricoles et fertiles : riz , noix de coco , bananes , cannes à sucre et ananas ,  épices ... Et : le thé .

             Ca n'est pas des montagnes très hautes , deux mille cinq cent ou sept -cent mètres à tout casser ...   Mais , pour les privilégiés de l'administration britannique , qui y envoyaient leurs familles prendre le frais loin de l'atmosphère étouffante de Mysore ou de Chennai , c'était un havre  . Ils y ont créé plusieurs stations climatiques . Et , à la fin du XIXe siècle ,  après avoir envoyé leurs espions voler aux Chinois plants et graines de thé , ils y ont planté ... du thé . Un plant , dix plants , dix mille , des millions de plants de thé ... Vous pensez bien que depuis soixante-cinq ans que je suis accro au thé au lait , j'avais envie de voir ça !

           Ca faisait une chouette excursion  . Le guide Lonely Planet me donnait le nom de plusieurs stations touristiques , maintenant fort prisées de la classe moyenne indienne ;  les premières , c'était Ooty ( que me recommandait le loueur de voitures ( je pense qu'il avait un copain avec un hôtel là bas ) ; et , à côté ,  Coonoor ; Le guide  suggérait que Coonoor était plus calme . Bien m'en a pris .

              Partant de Mysore  , nous avons pris la route d'Ooty , plein Sud . D'abord , une très bonne route en plaine , le paysage courant  du Sud : petits champs , riz et canne à sucre et cocotiers ,  villages animés aux marchés croulant de fruits  splendides , petits temples . Puis , on est arrivés à la frontière de la réserve de Mudamalai : toute une région plus sèche , peu habitée , et montagneuse .  L'on nous y  annonçait tigres et éléphants . Moi , forte d'une expérience de plusieurs traversées de réserves dans les années précédentes , j'ai ricané ... je n'avais jamais rien vu , que les groupes de singes habituels  . Plusieurs dizaines de kilométres de forêt clairsemée ; la vitesse de la voiture limitée à vingt ou trente kilomètres heure ( et des ralentisseurs acrimonieux et sournois  s'assurent que la limitation est bien  respectée ) , c'est monotone ... Des deux côtés de la route , la végétation a été nettoyée ,  sur plusieurs mètres  , laissant la place à un grand talus herbeux . J'ai supposé que c'était , tout comme chez nous dans le Sud , à cause des risques d'incendie . On roule , je m'endors à moitié .. Et tout à coup , le chauffeur s'arrête , s'exclame  - des éléphants ! Un , deux , des bébés , une petite troupe ... C'est interdit de vraiment s'arrêter , et surtout de descendre de voiture . Mais , tout de même , le temps de prendre quelques photos ...  Des éléphants tout tranquilles , broutant , comme vous et moi , sur le bas-côté ... Pourtant , le fait de ne pouvoir descendre de la voiture me les rendait  irréels , encore lointains ,  presque comme un docu que j'aurais regardé à la télévision .  

              Sortis de la réserve , la route , devenue splendide , a commencé à monter dans une végétation touffue . Au bout d'une heure , presque au sommet , on a rencontré une forêt d'eucalyptus extraordinaire : une immense forêt-cathédrale , des arbres qui montaient droits comme des colonnes sur vingt mètres ou plus ... ( ***!!! ** ??!! - pour l'instant je n'arrive pas à mettre ces photos en ligne ! ) , leurs troncs splendides  blancs , ou roux , avec l'écorce qui se détache en grands lambeaux ... mais trop pentue pour avoir envie de s'y promener . Pas de sentier , là ... et je crains les serpents ...

          Enfin , on est arrivés en haut , dans les nuages . Et là : la déception . Une déception terrible !  Des prairies à  l'herbe rase ,  un peu tristes dans le brouillard , des étangs boueux , quelques plantations minables ... on n'a même pas voulu quitter la route pour monter de quelques mètres  avec les autres touristes , histoire de  voir le point le plus haut : ça me faisait penser aux innombrables excursions de mon enfance en Haute-Savoie , d'un ennui absolu . Notre chauffeur , lui , s'interrogeait sur nos motivations .  On redescend sur Ooty , ma déception persiste : un village -tentaculaire , à l'urbanisation délirante , sauvage ,  grouillante , petite maison sur petite maison qui crapahute et grimpe sur une autre petite maison , le tout sur des kilomètres carrés ; des bleues et des roses , des jaunes et des pas peintes ... mais c'est pas ça que je veux voir moi , je veux voir des champs de thé !  Bref , l'enthousiasme n'était pas vraiment au rendez-vous . Je me suis surtout félicitée de ne pas avoir réservé d'hôtel à Ooty ... Ca , un village ? vous rigolez ... On voyait bien quelques plantations  , mais au  loin , sur les collines ; et les petites maisons quadrillaient tout le paysage  . Morose , je me posais des questions , me demandant si cette histoire de plantations de thé n'était pas une abominable supercherie .

                 Une vingtaine de kilomètres  encore , dans des zones hyper urbanisées  - et on arrive à Coonoor  ... Coonoor était , effectivement , de taille un peu plus réduite qu'Ooty  ; en outre ,  l'hôtel était en dehors de la ville , Dieu merci . Un hôtel dans un bungalow colonial - un chouïa restauré . ... et avec , Dieu merci  ! Enfin ! un joli champ de thé tout à côté . Et le jardin Botanique . C'était déjà ça ...

 

 

               

 

le champ de thé , à cinquante mètres de l'hôtel ... et les maisons de Coonoor , parsemées

le champ de thé , à cinquante mètres de l'hôtel ... et les maisons de Coonoor , parsemées

commentaires