Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

23 décembre 2019 1 23 /12 /décembre /2019 06:40

 

 

.

 

 

Chapitre 2540 :  Grande Misère de l'Art contemporain aux Baux-de-Provence

 

 

.

 

           Chaque hiver où c'est dans nos possibilités , par temps de mistral , nous allons faire une grande sortie  aux Baux . Pourquoi l'hiver ? c'est qu'il y a beaucoup moins de touristes ... Juste des gens de la région . Pourquoi par temps de mistral ? parce que pour moi , les Baux en hiver , c'est la quintessence du mistral . Par temps de mistral ,  de ce nid d'aigle , ce vaisseau de pierre qui fend triomphalement  les vagues des oliviers et des vignes  en contrebas ,  on jouit de la lumière de tout le paysage , rayonnant , éblouissant de lumière acérée -  jusqu'à la mer étincelante au loin .  Dans la roche même , sculptée et ajourée et découpée ,   le mistral s'est incarné , depuis des siècles et des siècles  ...

           Je connais les Baux depuis bientôt cinquante ans ; quand j'habitais Avignon , je prenais mon vélo et mes affaires de dessin pour aller y dessiner les falaises près des carrières , les rochers aux formes fantastiques et abruptes , la plaine avec les oliviers ... Bref , les Baux , c'est un sanctuaire , un pélerinage .

          Oups ! j'ai balayé d'un léger revers de main la réticence de Philippe , qui adore cet endroit aussi ( un Dimanche , et le début des vacances de Noël ...  tu ne crois pas qu'il va y avoir du monde ? ) et nous sommes partis . Faut dire , je veux acheter un santon , comme chaque année , donc je préfère y aller avant Noël ...  Une petite balade d'abord , en bas , dans les olivettes ,  pour aérer Hermione après le long trajet  ... Nous arrivons sur le site -  il est midi . Euh ...  je dois constater , bourrelée de remords ( ou presque ) , que mon cher et tendre avait raison : il y a , effectivement ,  du monde . Nous nous garons assez loin , Phil  d'une humeur abominable - il déteste la foule , je le sais parfaitement - Hermione , gaie et gambadante ,  comme toujours ...  Mais c'est vrai , que de monde ! et que de petits commerces plus ou moins artistiques , plus ou moins artisanaux   , de plus en plus ,  chaque année ... je ne garantirais vraiment  pas que les poteries soi-disant  made in Provence  sont faites sur place , pas plus que les savons , ni même la lavande ... Beaucoup de choses , il me semble , si elles ne sont pas venues par avion , ont fait quelques centaines de kilométres avant d'arriver ici . Des marchandises ...  Par contre , les santons , eux , sont bien provençaux . Je prends mon temps pour choisir ; adopte une vieille avec son âne , et une brebis . Je suis , provisoirement , ruinée , bien sur . Mais , bon , un santon par an ... et puis , les restaus sont pleins , donc on économise le repas !

          Je rentre , par curiosité , dans une galerie ; suis déçue par les oeuvres , agréablement colorées mais très commerciales ; puis me fait happer par le galériste qui m'annonce avec fierté que l'artiste a vendu cinquante oeuvres à sa dernière expo ( il doit vraiment s'ennuyer , le pauvre homme - il devrait lui être évident que moi , avec mon jean dont le bas commence à perdre son ourlet , mes chaussures de marche , mon pull troué , je ne vais pas lui acheter la moindre toile ... )

      Puis , nous arrivons sur le plateau , en éperon au dessus de la Crau . Malheur ! Il est parsemé , jusqu'à la proue ,  d'aberrantes sculptures : de grandes plaques colorées , au moins deux mètres cinquante de haut , en ferraille ou en contreplaqué , je ne sais ...  représentant des silhouettes de femmes aux seins agressifs -  en train de danser , peut-être ? ou en tout cas , de se tortiller , sur fond de  silhouettes de bananier ... C'est une exposition . De  l'Art Contemporain . Je suis horrifiée ... L'Art Contemporain , avec les facilités techniques offertes maintenant aux sculpteurs , qu'ils travaillent à la tronçonneuse ou à la disqueuse ,  leur permet de faire grand ; et tant plus que leur ego est grand , tant plus que la sculpture est grande ... Ces sculptures sont plutôt gaies -  mais saperlipopette ,  pourquoi les installer là , où elles gâchent la beauté du site ?

        C'est tout simple : ce gars là , ( et/ou la mairie des Baux , je ne veux pas le savoir ... ) s'est servi des Baux comme faire-valoir pour ses sculptures .

      Quelle horreur . Et quel gros ego ... C'est bien simple : je ne vais même pas retenir son nom . Ben , mince alors ! Imposer dans notre lieu de pélerinage cette esthétique de Mac Do ....  sur le plateau , en plus ! où la roche est habituellement toute nue , simple et plate ... J'ai envie de hurler comme un loup , d'indignation !

     Et puis ,  quelle différence avec l'humilité d'un Soulages , ( oui , je sais , on parle beaucoup de Soulage en ce moment ) qui a mis  , dans ses merveilleux vitraux  , son talent au service  de Conques ...

 

 

.

Chapitre 2540 :  Grande Misère de l'Art contemporain aux Baux-de-Provence

commentaires