Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 08:20

           Je parlais de grand-père , dans le chapitre précédent ... j'ai eu l'avantage ( et la souffrance ) de ne pas avoir connu mes grands-parents , aucun d'entre eux . Côté maternel , maman et tata parlaient tellement de leurs parents qu'elles les rendaient très présents . Pendant longtemps ,elles ont donné  de leur père une image surtout négative : colérique , maniaque , pessimiste ... il y avait de mauvaises relations entre leurs parents ; une maman   plutôt gaie et volontaire , qui avait décidé d'être institutrice  ( dans les années 1900 !  ) et puis s'était éteinte , étouffée petit à petit en renonçant à son métier , pour cause de deuxième enfant et de déménagement de Marseille à Gap . Elle est morte en 1935 , à 53 ans ; sa tombe est au cimetière de Sisteron , dans un coin tout à fait plaisant  , avec une jolie vue et de l'air qui circule ; en tant que descendante j'aurais la possibilité d'être enterrée là aussi si j'ai envie , mais ça fait un peu trop réunion de famille  pour mon goût . 
              Petit à petit , quelques touches de couleur sont venues compléter , ou changer , le tableau  : mon grand-père adorait la musique , il connaissait tous les chants de tous les oiseaux , emmenait ma mère le Dimanche matin écouter les concerts au jardin public ; avant que maman ne soit née , à Marseille , le jeune couple laissait Tata Lili à ses grands-parents , à Septèmes les Vallons , et allait écouter des opérettes , qu'ils appréciaient tous  deux .  Son habitude de ramasser des feuilles de menthe en se promenant , qu'il mettait  dans ses poches horripilait ma grand-mère   . Employé des postes  , il adorait les trains , aurait rêvé d'être cheminot ;  avait une petite faiblesse physique , je ne me souviens plus laquelle , genre souffle au coeur  , qui l'avait empêché d'être mobilisé en 14 ( le Tonton Marius , le terrifiant héros amputé des deux jambes après la Grande Guerre- il a sa rue à Forcalquier , car pendant l'occuppation nazie il aidait le maquis en transportant dans sa petite voiture d'infirme , toutes médailles d'ancien combattant au vent , messages et provisions - le Tonton Marius , donc,  le méprisait en le traitant de planqué ) . Il est mort en 42 ou 43 , tout tranquillement , chez une cousine à Vaumeilh , et lui a fait don d'une maison mythique , le Collet , qui aurait contenu toute la bibliothèque des oncles du Collet , qui étaient lettrés ... on en rêve encore ,de cette maison , de la bibliothèque surtout ! Il doit nous rester quelques uns de ses 78 tours . A Nice il y a une photo de lui en 1939 ou 40 ,prise dans l'Esterel avec mes parents , mes soeurs toutes petites ; il est très soigné , moustache ,  petite barbe pointue , chapeau sombre . Quelle tristesse , je ne l'ai jamais connu .

commentaires