Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Prune Branchesetbosquets
  • Babyboomer
  • Babyboomer

Rechercher

Archives

4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 21:37

       Depuis le début de la semaine , depuis qu'on a été chercher maman à Nice en fait , je me trimballe une trachéïte , si c'est le terme exact , enfin mal à la gorge et des quintes de toux a-bo-mi-na-bles , à perdre le souffle ... après le cours de morale psychosomatique que je vous ai infligé au chapitre précédent , c'était la moindre des choses que je creuse un peu pour savoir ce qui coincait : en soulevant une touffe de paquerettes , j'ai constaté que c'était rien de pire que le rappel d'un traumatisme d'enfance ,quand j'avais dix ans et demi  , où  j'ai du rester avec maman , malade , pendant que mes deux soeurs , qui avaient une vingtaine d'années , allaient baguenauder ... Soeur -du -milieu était allée au cinéma avec ses futurs beaux-parents , en tout cas . Soeur aînée , jeune mariée ,  devait penser que manman faisait du cinéma - manman qui  avait , en fait , des hémorragies , et on pensait à un cancer ( Au fait , quand elles venaient l'été avec leurs chiards , moi , qui avais treize ans , j'aidais maman à faire la cuisine ... elles , jamais , trop prises parce qu'elles s'ocuppaient de leurs mouflets... une des choses qui m'a dégoûtée d'en avoir ) . Revenons au présent : Maman , terriblement  angoissée par le voyage et la perspective imposée de quitter définitivement la maison où elle a vécu cinquante ans , a été : parfaite , pas malade , un seul arrêt pipi ça lui a suffi , pas vomi pendant le trajet ,  gentille comme tout ... parfaite je vous dis . Tellement contente ensuite de voir ma maison , de promener dans mon jardin , de manger sous le murier avec nous ... ça faisait plaisir à voir .
        Parfaites dans leur rôles respectifs se sont également montrées mes soeurs bien aimées . L'aînée , à qui je disais , toute contente , qu'on avait enfin trouvé une jolie maison à prix raisonnable pour maman , ( la petite maison qui me plaisait beaucoup nous avait filé sous le nez ) , avec plusieurs chambres , a littéralement sifflé de haine dans le téléphone à la perspective que maman puisse désirer avoir des gens qui viennent la voir dans sa nouvelle maison . Ben oui , maman , elle a quatre-vingt dix sept ans , mais elle n'est pas gâteuse , elle est très sociable et se fait vite plein d'amis , que je n'ai pas forcément envie d'héberger moi ; elle a largement assez de sous pour acheter une maison ici puisque les prix sont la moitié de ceux de Nice ... pourquoi ne pourrait elle inviter des gens à venir la voir ?
        La deuxième soeur , ma soeur du milieu ,  qui essaie de laisser traîner vente et achat le plus longtemps possible ( dans l'espoir , je suppose , que notre mère meure en attendant ? ) lui a gentiment envoyé un colis ; deux cuillères à soupe d'affection , une de culpabilité , une de en -Afrique- ils -n'en- ont -pas- autant , un zeste de rancoeur et on emballe : des chocolats , c'est tentant quand il fait trente six degrés à l'ombre , un paquet de biscuit commerce équitable parce qu'on ne consomme pas n'importe comment , un gros sac de  madeleines artisanales à peine desséchées ; plus un joli corsage - mais je ne peux pas le marquer aux initiales de maman pour l'instant , je n'ai plus d'étiquettes . Ou alors ma soeur me signifie que c'est  moi qui doit  le laver et le repasser  ...  tout de même , mimine , tu trouves que je n'en fais pas assez ? d'accord , je sais , c'est pas grand chose de laver-repasser un corsage ;  mais j'en ai un peu marre ...  la cerise sur le gâteau , ce colis ... c'était ce qu'elle avait préparé pour la fête des mères , il y a seulement un mois , elle allait pas le refaire exprès , c'était bien bon ...     j'étais un peu agacée , en plus pourquoi des biscuits , dans ces maisons  on les bourre de petits biscuits et de verres de jus de fruits  à quatre heures , sont enfermés , z'ont droit qu'à une douche par semaine , mais z'ont à manger et à boire ... 
         Maman m'a gentiment fait remarquer que certains pensionnaires  n'en reçoivent jamais de colis .. elle a raison . Pour l'instant en tout cas elle accepte bien la maison de retraite , parce qu'elle sait , je le lui ai juré , qu'il ne s'agit que d'un séjour temporaire  ; comment pourrais je  tenir la tête haute et la persuader qu'il est normal  qu'elle n'ait droit qu'à une douche par semaine , à une toilette avec un gant les six autres jours ,  alors que sa chambre comporte une salle de bains neuve avec douche pimpante , ce qui fait que je n'ai pas pensé une seule seconde à poser la question ( ma soeur aînée lui a dit : " quand tu étais petite , tu n'avais pas de douche " ... certes , mais avec la chaleur , c'est sympa une douche , non ? et puis les personnes âgées ne sentent déjà pas très bon ... ma mère a résolu le problème en prenant sa douche toute seule , je fais des voeux pour qu'elle ne tombe pas , puisque il n'y aura pas forcément quelqu'un pour l'aider  ) , et  Philippe a remballé les quelques commentaires rigolards qui lui venaient à l'esprit sur l'hygiéne chez les bonnes soeurs.     
         Comment trouver normal qu'une  vieille dame entre dans la chambre de ma mère pour l'engueuler et lui enjoindre de sortir de sa chambre ( l'aide soignante m'a dit avec un bon sourire : " ça n'est rien , juste un petit accès de démence ... " ... j'ai l'impression d'être au début d'un film d'horreur ). A part ça , elle est plutôt sympa cette maison de retraite , pour une maison de retraite . Dommage qu'ils aient rogné sur le personnel soignant , tout en soignant la présentation  ...
        Bon , alors je vous parlais de petits plaisirs ? ce matin , on est allés  faire les touristes au marché d'Uzés . Je me suis offert une chouette robe en lin d'un magnifique vert froid : vert comme le col des canards colverts , vert comme l'eau d'un torrent ...j'ai été chercher les nouveaux rideaux que j'avais commandés pour la chambre d'amis ; on a passé une heure délicieuse au café à l'ombre , à regarder l'éventaire du marchand de chapeaux et les gens qui essayaient des chapeaux ... mais  surtout , surtout , tout au long du trajet , j'ai peaufiné dans ma tête la future lettre , imprimée sur papier rose avec des guirlandes de petites fleurs , que j'enverrai à tous les cousins et aux amis de maman pour les inviter à sa pendaison de crémaillère , que j'espère cet automne ( on fera ça de manière échelonnée pour ne pas la fatiguer )

         " Maman est enfin installée dans sa nouvelle maison . Ce projet n'aurait jamais pu voir le jour sans l'aide infiniment précieuse  de mes deux soeurs aînées , qui ont su , chacune à sa façon , et constamment  , nous encourager , nous  faire  confiance , nous redonner courage quand nous étions fatigués ,  nous  prodiguer avec discrétion leurs conseils avisés d'aînées quand nous hésitions sur la démarche à suivre , nous entourer  nous et maman , de leur affection et de leur tendresse  , continuant ainsi  le soutien sans faille qu'elles nous ont assuré depuis 1996 *. C'est pourquoi je tiens à les remercier , d'abord et avant tout ... "

Mmmmmmhhhh...  Je me régale en pensant aux cousins qui vont lire ça , et qui , eux , ne sont pas au courant de tout ! merveilleux .. merveilleux !!! Certes , ceux qui ont entendu , depuis 1996 encore , les plaintes hargneuses et les vitupérations de mes soeurs contre moi seront assez surpris ... Aaaaaaaaahhhhhhhhh ... déjà , je sens que ma toux va mieux ...Cette lettre , ça serait dommage de m'en priver , non ?



* en 1996 , c'est quand la Tata Lili s'est trouvée paralysée . A l'hopital de Cimiez on ne s'occupait pas du tout d'elle , elle m'a supplié de la faire rentrer dans son appartement ;  Philippe m'a dit : " Pourquoi pas ? on peut organiser ... "et m'a aidée  . Grands Dieux , ce que j'ai pu me faire incendier ... ma soeur aînée sifflait ses injonctions au  téléphone " il faut la laisser à l'hopital , ou la mettre dans une maison de retraite vite fait " ( elle  , bien sur , aurait été la tête pensante ; nous , qui étions un peu handicapés question intelligence , aurions exécuté  ; le tout sans qu'elle prenne la peine de se déranger pour venir évaluer la réalité de la situation .  Ma soeur du milieu , d'un ton bénin , placide et raisonnable , nous serinait en personne d'expérience que " ça ne marcherait jamais " ... et,  à chaque changement de situation , ça recommençait ... 
       Renée , ne regrette pas tant de ne pas avoir de soeur avec qui partager .. si tu savais comme mes soeurs sont épuisantes quelquefois  ... ceci dit , dans la circonstance elles ont joué leurs rôles avec beaucoup de talent   , je ne vais pas m'en plaindre , tout de même ...

30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 08:27

        Hier soir , je téléphonais à une dame que je connais ; elle se faisait beaucoup de souci parce que sa fille , qui doit avoir entre trente et quarante ans - universitaire brillante , comme tous dans cette famille - sa fille , donc ,  après plusieurs années de maux de dos , se verra obligée de porter un corset . Le plus rigolo , si on peut dire , c'est que cette dame semble ,  elle même , un peu rigide  ,  que son corset à elle , elle le porte intérieurement , avec fierté , protégeant tout ce qui est si fragile et si misérable et si touchant en elle . Tout ça structuré par une morale chrétienne  . Cette dame , je devine un peu de son enfance , famille dure où il était mal porté de "s'écouter" , mère dure , père dur ,  enfance pendant l'Occupation ...  jeune fille brillante intellectuellement , partie pour l'indépendance , mais mariée très jeune à un jeune homme aussi brillant qu'elle  . Il me terrifiait autrefois par ses colères soudaines   Il a terrifié ses enfants ,  toute leur enfance . J'espère que la jeune femme , qui portera peut-être un corset , aura l'intuition de commencer une exploration de son inconscient , de ressusciter ses sentiments d'enfance , colère et terreur , afin de libérer toutes les forces vives en elle et d'aller mieux dans son corps  . 
     Je n'ose le dire ni à la mère ni à la fille , de quoi je me mêle ? J'appartiens à une génértion qui a eu la révélation de Marie Cardinal ( Les mots pour dire ) et quand j'ai entamé , vers les trente cinq ans , une leucémie chronique , c'est vers toutes sortes de psys , et de guérisseurs , que je me suis tournée d'abord ... je disais  je sentais , que j'étais malade de ma mère , pas d'une leucémie ... sans savoir que , malade de ma mère c'était aussi malade de mon père , malade de mes soeurs , malade du reste de la famille ... quand , la maladie étant devenue aigûe et étant prévenue de mes toutes minuscules chances d'en sortir vivante malgré la greffe de moëlle osseuse programmée , quand j'ai été guérie , je suis certaine d'avoir du cette guérison à peu près autant  au chemin psychologique et " spirituel" parcouru  , qu'à la greffe et au don de moëlle osseuse fait par ma soeur aînée , à qui j'ai une dette éternelle . Pour moi , mal de dos , c'est ... d'abord ... chercher autrement que par les anti-inflammatoires  et les corsets , bien que tout celà puisse être utile en son temps .

     Mais  , est-ce que je sais quelque chose de la guérison ? peut-être que , tout simplement , mon chemin à moi c'était de guérir . Mais comme je suis contente , rétrospectivement , que cette leucémie soit venue , d'un doigt certes terrifiant ,  me montrer le chemin ... 
   

29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 22:06

     Mes soeurs me sont vraiment utiles en ce moment ... Cependant , me dire qu'il suffit , pour que je trouve mon chemin , que je prenne le contrepied absolu de celui qu'elles me suggérent , serait une erreur ; bien que ça soit , je dois dire , extrêmement tentant  . Non , il faut toujours que je me reprenne et que je cherche ... Si je me souviens bien ,  Don Juan disait à son disciple de choisir le chemin qui a du coeur .

29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 20:44

ça fait deux matins que je me démène entre 7 et 9 , et je le trouve de plus en plus joli  ... on a mangé les premières aubergines hier soir , une merveille !


27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 19:19

         Ce matin je ne me suis plus laissée prendre ,  à sept heures moins le quart j'étais en train de planter une rangée d'oeillets d'Inde , de semer une autre ligne de haricots pour remplacer ceux que j'ai arrachés hier . Puis je me suis attaquée au chiendent qui envahit l'allée , depuis le fossé qui jouxte mon potager ..  Une fois mon jardinage terminé et le moment du petit déjeuner venu ,  fatigue et déprime me sont tombées brutalement dessus . Et puis je tousse , et puis j'ai mal à la gorge -  passant toute  la journée de trop chaud ,  à un  bain trop froid -  ...et puis  la crise d'aquoibonisme est  venue mettre son inévitable grain de sel ... à quoi bon , de toutes façons , tu n'en vaux  pas la peine et patin couffin ...
         C'est là que je me suis rendue compte que je me rejouais un très vieil air , l'air qu'on m'a fait jouer tout le temps de mon enfance , rien que par sous-entendus :  c'est à toi de rester avec maman , tu es la plus jeune ... tes soeurs aînées ont le droit de partir , de se marier ; le rôle de la dernière fille , et pas très douée de surcroit ,  c'est de s'occuper de ses parents quand ils seront vieux ... Ouh là là , malheur ! ces vieux conditionnements dont j'ai pris conscience il y a bien des années , est-ce que c'est ça qui me guide en ce moment , ce moment où j'ai l'esprit ocuppé par la meilleure solution pour ma mère , pendant que mes soeurs aînées , mal à l'aise dans leur rôle de filles indignes , ne sont pas avec moi  ..  comme j'aimerais qu'elles soient ... ( pour dire vrai , je les trouve , aussi bien l'une que l'autre et dans un genre différent , un peu bornées )
      Alors quoi , où est la réalité ; est-ce moi que je néglige ? j'ai du reprendre pied à pied tout le cheminement de pensée qui m'a amené dans cette situation . J'ai un attachement pour ma mère , c'est sur . Je ne veux pas me dénier , c'est sur aussi . Si je peux lui trouver un système moins pire qu'une maison de retraite , si c'est ce que moi je peux donner , et donner sans servir de paillasson , tant mieux ...
       Et puis soudain j'ai pensé : quoi , cette Françoise avec son conditionnement d'enfance qui la rend si souvent  dépressive  -  à quoi est-ce qu'on peut s'attendre d'elle , sinon de faire exactement ce qu'elle est en train de faire , en se sentant minable de toute façons , et quoi qu'on lui dise ? ça m'a fait rire tout à coup , de voir ça . A quoi s'attendre de la part de cet ego conditionné , que peut-il penser sinon ce cortège de pensées déprimées ... pas la peine de s'en faire , après tout . Ca n'est pas cet ego et son système de pensée qui a créé ce corps , ni toute cette situation ... pourquoi s'inquiéter ?



27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 01:03

... J'ai passé la matinée en me sentant en difficulté et pesante , comme si ma vie était un bus après lequel je suis en permanence en train de courir ; et puis de toutes façons le bus est déjà plein  ...  Jardinage forcené sous le soleil , parce que je m'étais péniblement levée à sept heures et demie et qu'il faisait déjà chaud ; arrachage de mes haricots grimpants violets , tous malades , quelle tristesse ...  j'ai du défaire  le splendide échaffaudage , branlant mais esthétique , que j'avais monté il y a deux mois , cannes de Provence et ficelles , supposé les aider à pousser gracieusement  vers le ciel ... puis je me suis attaquée aux lavandes envahies de chiendent - j'avais dit , depuis au moins trois semaines , que je nettoierai l'accés à la piscine , et une crise de culpabilité m'a poussée  ...au bout de deux heures ,  la figure orange et gonflée comme une brioche trop cuite  , j'ai pris la douche dehors , avant d'aller à la poste expédier le tube de crème contre les brûlures , que je devais donner à Martine depuis des lustres ( j'avais pratiquement liquidé le sien quand je m'étais brûlé le ventre avec du tschaï dans le train cet hiver , et cette crème est fabriquée exclusivement par la pharmacie Mercier à Nice ... je lui dois une fière chandelle ... ) j'ai mis du temps à fabriquer un emballage ad hoc , et je suis arrivée à la poste juste quand elle fermait ... à l'autre poste on m'a dit que le paquet était trop petit pour l'expédier , j'ai du leur acheter un emballage , plus cher que le contenu .  
    Après le repas ( en ce moment nous mangeons tous les midis la même chose , salade de tomates et pélardon , le merveilleux menu habituel de l'été ) j'ai tenté vainement de faire la sieste ; puis , aveuglement  menée par une inspiration soudaine , suis partie à la Foirfouille pour chercher des housses de coussins ; que je n'ai pas trouvées ,  mais la même inspiration m'a fait atterrir à la jardinerie , et acquérir des pieds d'oeillets d'Inde que je mettrai à la place des haricots défaillants - je ne sais pas pourquoi , mes semis d'oeillets d'Inde ont complétement raté cette année , c'est pourtant une plante facile ...  est-ce que c'était des oeillets d'Inde à OGM ?
       Ensuite , on est allés visiter une (n+1) ème maison , pour installer manman ... celle-ci était charmante , pas chère ,  le jardin est vraiment sympa et ombragé ; mais vraiment un peu petite  ; s'agit maintenant de consulter mes soeurs , aïe aïe aïe ... on peut pas dire qu'elles me soutiennent chaleureusement dans mon projet ..  misère , pour savoir si elles veulent bien différer de quelques mois leur moment de toucher à leur part d'héritage , afin d'installer maman dans une maison plus grande , susceptible d'accueillir les membres de la famille qui voudraient venir la voir ... plusieurs de mes neveux seraient surement pour , mais Philippe considère que ça serait déloyal de les consulter , comme un genre de manipulation des enfants contre les parents . Evidemment , c'est un point à considérer . En tout cas c'est une grande fatigue  de les consulter , pratiquement aussi fatigant que le reste ... l'une ne se pose pas de problèmes , c'est : " on n'a qu'à la mettre en maison de retraite et c'est tout , d'ailleurs elle va beaucoup s'y plaire ... " - c'est ma soeur la plus chaleureuse d'ordinaire qui dit ça , d'un ton vindicatif . L'autre , censée être la plus froide , est plus compréhensive par rapport à maman ,  elle a fait du chemin ..  Cerise sur le gâteau , mes soeurs ne s'entendent pas du tout entre elles en ce moment ... y'avait que contre moi qu'elles s'entendaient bien , à l'époque où j'avais fait sortir tata de la maison de retraite ...
Je continue à m'accrocher à ma bouée : 
           tout ce que je rencontre  , tout ce qui m'advient ,  est là comme un défi et comme une opportunité  
          Mais , tout de même , je rêve de vacances , je rêve de l'Inde cet hiver loin de la famille ..

23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 07:55
On était partis pour le Mont Lozère , et puis il faisait trop froid hier matin , alors  on a bifurqué avant Florac ... qui s'en plaindrait ?



           












23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 07:10

     ... Je ne vais certainement pas dévoiler sur le net l'endroit où c'était  , pas question de scier la branche sur laquelle on s'était posés ...  J'ai trop peur que des cars de touristes ne s'y précipitent , et Dieu sait que ça gâterait tout ; les amis peuvent toujours me demander .  Ca se passait dans un village que j'avais toujours ignoré , à quelques dizaines de métres au dessus de la route principale . Quand je suis arrivée , un groupe de folkeux , violon , accordéon , et quoi encore ?  faisait danser quelques uns sur la petite place de l'église ; on avait tiré sous les platanes une dizaine de très grandes tables et de bancs ,  étaient attablés les anciens du village , plus tous ceux qui avaient des bébés , plus ... quelques autres ; sous les tables , bien sur , les chiens baguenaudaient ...  Notre chorale chanté juste après : bien moins mal que la veille . Ouf !
             La surprise ensuite est venue de trois de nos choristes : le père à la guitare , sa jeune fille , soprano , accompagnés d'une deuxième soprano et de son violon , ont chanté de la country ; à voix retenues , un vrai plaisir . 
              Et puis  ... ah ,  c'était un moment magique : Guy , qui chante aussi avec nous mais ne s'est jamais fait remarquer , Guy , à qui un bon ange avait passé une guitare , s'est mis à chanter du blues ... j'en ai encore la chair de poule de la façon dont il a chanté , à voix sourde et profonde , à voix vibrante sans la plus petite once d'ostentation  .. Voilà . C'est tout simple , Guy a chanté le blues ,  comme s'il était Big Bill Broonzy lui-même ,  même s'il n'a pas la bonne couleur de peau ... quel bonheur .  Quel bonheur .

        Après ... la succession était difficile ; on a annoncé de la chanson française , je me méfiais sacrément ... mais non , sont venus deux guitaristes , éblouissants dans le genre virtuoses DjangoRheinardtiens  , l'un chantait , ses propres chansons  : un enfant  de Boris Vian et de Ricet Barrier , de bons textes servis par une très , très bonne technique , vocale et instrumentale ; on a rigolé , quelquefois aux larmes et quelquefois en grinçant des dents ... 
        Bon , alors l'année prochaine j'y retournerai , et je ne confierai le secret qu'à quelques amis choisis .qui me jureront sur la tombe de leur chat préféré de ne jamais en parler à personne .. j'espère que vos fêtes de la musique étaient aussi belles que la nôtre , qu'il n'y avait , comme on a eu , ni décibels tueurs de tympans , ni merguez ...


20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 22:44

       Ouh là là ! ça avait bien commencé : des jeunes filles ont joué de la harpe celtique , à deux , puis en solo , puis encore à deux ...  un duo de guitares a égrené une Milonga argentine ... ensuite , ah , ensuite , j'ai  du m'accrocher pour tenir  le coup ,  en grinçant des dents :  une petiote présentait , Dieu sait pourquoi , un mouvement d'un concerto pour violon de Vivaldi . Le violon c'est connu  quand il y a des fausses  notes c'est cruel à entendre ... j'adore Vivaldi , sa façon sensuelle et comme hésitante de lancer un motif musical qui deviendra ensuite obsédant ,  justement quand c'est au violon -  pour un homme d'église il avait drôlement bien sublimé ses pulsions sexuelles ... quoiqu'à Venise en ce temps là les hommes d'église ils étaient peut-être pas vraiment chastes ...  alors cette musique , où l'on se sent  comme effleuré par des doigts longs , tièdes , un peu moites .. grands dieux , cette musique merveilleuse , cette musique sublime prononcez ça comme Fabrice Lucchini ou comme Laurent Gerra quand il imite Lucchini c'est bien aussi , pourquoi confier ça à une si débutante jeune fille qui la malméne à coup d'archets ...  
           ... Le tour de notre chorale est venu , pour la première chanson , " Aujourd'hui , je chanterai ... " que d'habitude nous bêlons avec assurance et enthousiasme , les altos ( dont je fais partie ) ne sont pas partis du tout ...   par instants on retrouvait quelques bribes mais à peine , j'ai vu que Michel était un peu surpris et j'ai attrapé un fou-rire carabiné , heureusement que je me mets toujours derrière ... après ça allait mieux ,mais  ça n'était pas un de nos meilleures prestations ; notre soprano de choc perçait les murs  , nous autres meuglions fermement pour contrebalancer ... on dévidait imperturbablement chanson après chanson , c'était long et   les gens ont commencé à partir   ... enfin quelqu'un  a annoncé la pause rafraîchissements , tout le monde est sorti  , face au stade de foot du village .
           Je me suis assise sur l'herbe, un peu loin de la scène ; une petite très douée jouait du Bach sur un piano électrique réglé pour imiter un clavecin . J'étais presque seule , à part quelques groupes d'enfants et de parents ; je me croyais immergée dans un film de Tati . Quatre petites filles rieuses et ébouriffées , du même âge que la petite pianiste , se sont mises à danser en rond , ou en farandole ,  sur l'air joué au clavecin . Derrière elles les collines rayonnaient doucement dans la lumière d'or de la fin d'après-midi ... elles étaient si belles , j'en avais les larmes aux yeux .
        Puis un " vrai" groupe est venu ; pendant qu'ils réglaient leurs sonos , trois fois trop fort comme il est naturel dans ces cas là , et ça m'insupporte - dans leur genre ils étaient plutôt bons mais tout de même , pourquoi se défoncer les tympans comme ça ? donc , pendant qu'ils jouaient , on a commencé à servir les apéritifs ; sous les tables , un chien minuscule , récemment sorti du toiletteur , dévorait méthodiquement , désespérément , toutes les cacahuétes à sa portée ,  décrivant des cercles au bout  de sa laisse tenue par son père en train de pérorer . L'avait la tête du chienchien à qui papa et manman interdisent formellement de manger des cacahuétes en temps ordinaire , et qui va passer tout le voyage de retour à dégueuler sur les sièges de la voiture sans que ses parents sachent pourquoi . J'ai bu mon demi-verre de rosé de Tornac , en bavardant avec d'autres choristes , et suis partie tout doucement , sans me retourner .

20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 16:48

Comme me le dit Renée : allez voir sur http://fourques.canalblog.com/ , moi aujourd'hui je suis raplapla et j'ai pas le temps d'écrire , conséquence d'un aller-retour de trois jours sur Nice , j'avais un programme en quatorze points ( 1 ) aller voir la secrétaire du notaire pour retirer le certificat de notoriété de maman , 1) bis , ne pas oublier de lui donner les lettres attestant que maman et tata ont habité la même maison depuis de nombreuses années et  s'est occuppée d'elle et l'a soutenue depuis treize ans , ça c'est pour que maman ait moins d'impots à payer sur l'appart de tata et ,  comme dit Monika ,  en plus c'est vrai , 2 )aller porter le certificat de notoriété à la poste , Exemplaire Unique Sanctifié par l'Authentique Signature du Notaire Soi-Même et c'était pas donné , la secrétaire m'a bien prévenue avec onction , l'exemplaire unique c'est pas pareil que la photocopie ; le faire passer , rapidement , devant les  yeux éblouis de la préposée du bureau de poste - rapidement pour éviter que ses yeux ne soient aveuglés par la lumière émanant de l'auguste sceau notarial - 2 bis ) leur rendre le livret de caisse d'épargne de tata , 3 ) retéléphoner à la secrétaire du notaire pour lui donner le numéro de fax de la supérieure de la préposée , 4)  aller chercher l'urne contenant les cendres de la tata , enveloppée d'une housse grise ça lui aurait pas plu à Tata Lili , c'est vrai je pourrais la peindre en rose fuschia mais j'ai peur du qu'en -dira-t'on , 5 ) m'entendre avec Monika pour le certificat de travail  ( il y a une prime de licenciement donc je me suis entendue avec elle sur le montant ) , 6 ) commencer à marquer le linge  de maman pour la maison de retraite ( j'ai du rappeler la standardiste de Notre-Dame des Pins , elle c'est Miss Gazouillis, s'il y a possibilité de faire dix phrases creuses au lieu d'un simple oui ou non , elle les fera , elle me félicite à chaque coup de tout ce à quoi j'ai pensé , je suis sure que si je lui demandais si je dois apporter du papier Q aux initiales de maman , elle me dirait ah oui mais quelle bonne idée mais comme vous avez bien fait d'y penser , m'a déjà dit quand je lui demandais si jepourrais apporter un géranium pour mettre à la future fenêtre de maman , ah oui mais quelle bonne idée votre maman ça va lui faire plaisir ah mais c'est tellement bien d'y avoir pensé ,etc etc , total l'appui de la fenêtre est bien trop étroit  pour mettre le moindre géranium mais pendant qu'elle gazouillait elle n'a pas pris la peine de vérifier  , 7) faire faire le diagnostic de la maison de Nice pour les termites le gaz  l'électricité les économies d'énergie le plomb  la petite vérole  le chicungunia et la danse de Saint-Guy  j'en oublie surement , 8 ) faire faire à maman le chèque pour les charges sur l'appartement de tata , 9) idem pour les Chèques Emploi Service , 10 ) vérifier que le compte chèque de maman est bien alimenté et que je ne lui fais pas faire un chèque sans provision manquerait plus que ça ,  11) aller voir l'agent immobilier pour lui dire que maman hésite encore donc je lui ferai un mandat un peu plus tard , en m'excusant humblement , 12) aller voir l'autre agent immobilier qui , lui , n'avait pas attendu d'avoir de mandat pour faire visiter , lui dire pareil ou presque , 13) se faire poser un lapin par le troisième agent immobilier qui de toutes façons nous a fait fixer un prix beaucoup trop élevé pour la maison , on se demande bien pourquoi , il veut blanchir de l'argent ou quoi , 14 ) m'occuper un peu de maman qui me dit d'un ton terriblement  mélancolique qu'elle voudrait revoir la mer avant de partir de Nice , dont acte parce que je comprends bien ça , 15) essayer de l'aider à retrouver un peu de paix parce que le départ , même provisoire , l'angoisse terriblement ,  16) 17) etc., etc , etc ...  , tout ça sur fond de super chaleur à Nice , de nuits à bagarrer contre les moustiques parce que j'avais oublié d'emporter une prise anti-moustiques , de Philippe ronchon et fatigué qui fait une allergie à manman mais porte les paquets et sert de chauffeur efficace  ...  on est revenus hier soir , dans dix jours on y retourne pour emmener maman , définitivement peut-être ... 
  Oui , allez voir sur le site qui est plus haut , j'ai pas eu le temps de regarder vraiment mais déjà le mandala qui vous accueille est magnifique , et puis , effectivement ,  les liens ont l'air super intéressants ... j'ai même pas eu le temps de regarder les blogs des copines . Ca sera pour demain matin !  je vais aller chanter à Tornac , même si on chante pas très bien ce soir ça va me requinquer !